Effets de la stimulation électrique neuromusculaire des pronateurs de la cheville sur l’excitabilité neuronale et l’état fonctionnel chez les patients souffrant d’instabilité chronique de la cheville

Une analyse de Adam Johnson info

POINTS CLÉS

  1. La stimulation électrique neuromusculaire (NMES) ne semble pas avoir d’effet sur les changements neuroplastiques survenus à la suite d’une blessure à la cheville chez les personnes présentant des signes d’instabilité chronique de la cheville.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Bien qu’elles soient l’une des lésions ligamentaires les plus courantes observées par les cliniciens, les lésions ligamentaires latérales de la cheville constituent toujours un défi de taille, notamment car les procédures de test actuelles avant le retour à une activité sans contrainte n’abordent pas vraiment ou ne permettent pas de comprendre les facteurs qui prédisposent par la suite le patient à une nouvelle blessure ou à une diminution de ses performances fonctionnelles. L’instabilité chronique de la cheville (CAI) est la terminologie utilisée pour désigner cette nouvelle blessure ou la sensation subjective que la cheville « se dérobe » après une blessure.

En raison de ces taux élevés de récidive, des recherches plus approfondies ont été menées pour tenter de comprendre les changements qui surviennent après une blessure. L’une des causes suggérées de la récidive est une neuroplasticité inadaptée à la suite d’une blessure (1).

Cet article a cherché à comprendre les effets de la stimulation électrique neuromusculaire (NMES) et de la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) sur l’excitabilité neuronale de la cheville. Les performances et la fonction rapportée par le patient chez les personnes souffrant de CAI ont également été analysées.

Bien qu’elles soient l’une des lésions ligamentaires les plus courantes observées par les cliniciens, les lésions ligamentaires latérales de la cheville constituent toujours un défi de taille.
bulb
La rééducation des blessures chroniques de la cheville doit s’attacher à traiter les déficits de force, les déficits d’équilibre, l’altération de la kinesthésie et l’altération de l’arthrocinématique.

MÉTHODE

Cette étude incluait 20 participants randomisés aléatoirement dans les groupes d’intervention NMES ou TENS. Tous ces participants devaient avoir souffert d’une entorse de la cheville au moins un an avant l’étude, avoir ressenti des sensations récurrentes de dérobement de la

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 663 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo