Débloquez nos 470 analyses de littérature dès maintenant En savoir plus

L'efficacité de la mobilisation avec mouvement (MWM) sur la douleur, l'équilibre et la fonction après une entorse de cheville aigüe et subaigüe en inversion - essai randomisé contrôlé par placebo

Une analyse de Robin Kerr info

POINTS CLÉS

  1. La mobilisation avec mouvement (MWM) implique un glissement osseux passif et soutenu appliqué par le thérapeute en conjonction avec un mouvement actif du patient.
  2. Il s'agit du premier article étudiant l'effet de la MWM sur les entorses de cheville en inversion aigües / subaigües de grade I et II.
  3. La MWM combinée au taping et aux exercices peut être plus efficace que seulement des exercices thérapeutiques pour réduire la douleur, le handicap et améliorer l'équilibre à court terme.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La mobilisation avec mouvement (MWM) provient du concept de thérapie manuelle Mulligan. Les techniques consistent à appliquer une force continue sans douleur au niveau de l'articulation impliquée combinée à un mouvement actif du patient vers l'amplitude de mouvement douloureuse ou limitée (1).

Le but de cette étude était d'examiner l'efficacité à court et à long terme de la MWM en plus des soins habituels (protocole RICE et exercices thérapeutiques) chez les patient·e·s présentant une entorse de la cheville avec un mécanisme en inversion. L'impact sur la douleur, l'équilibre et la fonction après une blessure avec un mécanisme en inversion a été examiné.

Les techniques consistent à appliquer une force continue sans douleur au niveau de l'articulation impliquée combinée à un mouvement actif du patient.
bulb
L'ajout de MWM semble encourager une amélioration plus rapide et cliniquement significative par rapport à l'exercice prescrit seul.

MÉTHODE

Cet essai randomisé contrôlé par placebo a été réalisé dans un hôpital indien sur des patient·e·s présentant une entorse de cheville aigües (4 jours) et subaigües (5-14 jours) de grade I et II avec un mécanisme en inversion. Dans cet ERC, 32 sujets ont été répartis au hasard dans un groupe parallèle, les évaluateurs étaient mis en aveugle et l'étude contrôlée par placebo. Six séances de thérapie ont été effectuées sur deux semaines.

Les interventions pour les deux groupes étaient les suivantes :

  • Groupe expérimental : MWM avec un glissement supéro-postéro-latéral sur la malléole latérale avec mouvement actif simultané de flexion plantaire / inversion. Il a été ajouté un «Mulligan taping» pour maintenir la malléole postérieure, ainsi que des soins habituels (protocole RICE) et des exercices thérapeutiques.
  • Groupe contrôle/placebo : Maintien sans force de la cheville avec du tape mais avec les mêmes soins habituels et les mêmes exercices thérapeutiques.

Les mesures liées aux critères d'évaluation ont été récoltées au départ, à deux semaines, à un et six mois. Le critère principal d'évaluation était l'échelle d'évaluation numérique (EVN) pour la douleur. Les critères secondaires étaient le Foot and Ankle Disability index (FADI), l'amplitude fonctionnelle de dorsiflexion, le Y balance test (YBT) et le seuil de pression à la douleur au niveau de la cheville impliquée et du ligament deltoïde de la même cheville. Les seuils de douleur à la pression ont été utilisés pour évaluer le changement local (cheville) et généralisé (ligament deltoïde) de la sensibilité à la douleur.

RÉSULTATS

Analyse intra-groupes : Effet significatif des deux groupes MWM + exercices et placebo + exercices à tous les moments de suivi. Analyse inter-groupes : Effet significatif du MWM en faveur du groupe expérimental à tous les moments de suivi. Plus de 93 % des sujets du groupe expérimental ont dépassé la différence minimale cliniquement importante (DMCI) pour la douleur, le FADI, et l'amplitude de dorsiflexion,, qui était plus grande que dans le groupe contrôle (voir tableau 2).

Taille d'effet avec le d de Cohen (IC à 95 %) : les tailles d'effet ont été interprétées comme étant triviales < 0,2 ; petites 0,2-0,5 ; modérées 0,5-0,8 ; et grandes > 0,8.

Image

LIMITES

  • Il manque un groupe contrôle pur pour identifier le rôle des processus naturels de guérison.
  • La taille de l'échantillon était petite, augmentant le risque de faux positifs.
  • Le programme d'exercices à domicile n'était pas supervisé.

IMPLICATIONS CLINIQUES

Des recherches sur la thérapie manuelle sont nécessaires pour soutenir ou rejeter cette composante fondamentale de la profession. La MWM est une technique courante utilisée par les clinicien·ne·s pour aider à réduire la douleur et à restaurer les amplitudes chez les patients présentant une entorse de la cheville. Plusieurs études (bien qu'effectuées par des associés de Mulligan) sur la MWM ont été réalisées au cours des trois dernières années sur des entorses chroniques de la cheville ; il s'agit du premier ECR portant sur les blessures aigües.

La prémisse de Mulligan est qu'un «défaut positionnel» d'un os peut survenir au moment de la blessure et entrainer une douleur et un dysfonctionnement continus s'il persiste. Ceci est conforme à la pensée patho-mécanique traditionnelle sous-jacente à la plupart des thérapies manuelles. Il est donc intéressant de noter qu'il y a eu un changement de la réponse à la pression douloureuse du deltoïde ipsilatéral indiquant un mécanisme central de régulation négative de la MWM sur la cheville.

Tous les effets contextuels non spécifiques de l'imposition des mains sur une blessure récente doivent être pris en compte dans ces résultats. Il serait également intéressant d'effectuer une comparaison directe avec un glissement inversé et pose de tape pour voir si la direction du glissement est importante.

La technique de Mulligan comprend plusieurs éléments. Le tape est couramment utilisé pour «renforcer le glissement correctif», le thérapeute peut ajouter une surpression manuelle au mouvement, et le patient continue son auto-traitement à domicile (2). Plusieurs facteurs seraient en jeu en dehors du «changement de position d'un os» dans cette interaction.

Au début de la prise en charge de l'entorse de cheville aux stades initiaux, l'ajout de MWM semble encourager une amélioration plus rapide et cliniquement significative par rapport à l'exercice prescrit seul (voir le tableau 2). Il a été démontré que l'exercice prescrit seul fournit des résultats solides pour les entorses de la cheville à environ 6 semaines (3).

Image

Sur une note pratique, il serait considéré comme intensif, voire coûteux, de faire 6 traitements sur 2 semaines. Cela correspondrait davantage à une pratique de médecine du sport plutôt qu'à un service de consultation hospitalier ou à un cabinet privé.

Le glissement du talus avec flexion dorsale de la cheville en charge/avec poids du corps est une autre technique de cheville de Mulligan utilisée dans les entorses chroniques récurrentes de la cheville. Dans une revue systématique récente et une méta-analyse (4), des preuves de qualité modérée ont montré que la MWM en charge semble améliorer immédiatement la dorsiflexion en charge. D'autres critères d'évaluation tels que la douleur dans les études incluses présentaient un grave manque de données quantitatives, ce qui rendait les comparaisons directes difficiles. La présence d'effets à long terme n'a pas été établie.

Enfin, les clinicien·ne·s pratiquant la thérapie manuelle pourraient considérer la MWM comme une manière de faire la transition vers un auto traitement actif des entorses aigües de la cheville.

+RÉFÉRENCES

Gogate N, Satpute K, Hall T (2021) The effectiveness of mobilization with movement on pain, balance and function following acute and sub acute inversion ankle sprain – A randomized, placebo controlled trial. Physical therapy in sport, 48, 91-100.

RÉFÉRENCES CITÉES

  1. https://bmulligan.com/mulligan-concept/
  2. https://www.youtube.com/watch?v=iiymeAJRkWY or https://www.youtube.com/watch?v=TEjKhf-qDJU
  3. Lazarou, L., Kofotolis, N., Pafis, G., & Kellis, E. (2018). Effects of two proprioceptive training programs on ankle range of motion, pain, functional and balance performance in individuals with ankle sprain. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 31(3), 437–446. https://doi.org/10.3233/BMR-170836
  4. Weerasekara, I., Deam, H., Bamborough, N., Brown, S., Donnelly, J., Thorp, N., & Rivett, D. A. (2020). Effect of Mobilisation with Movement (MWM) on clinical outcomes in lateral ankle sprains: A systematic review and meta- analysis. The Foot, 43, 101657.https://doi.org/10.1016/j.foot.2019.101657
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo