Précision diagnostique des règles d’Ottawa pour la cheville, pour exclure une fracture dans le cas d’une lésion traumatique de la cheville chez l’adulte : revue systémique et méta-analyse.

Une analyse de Dr Chris Bleakley info

POINTS CLÉS

  1. Les règles d’Ottawa pour la cheville (ROC), ou critères d’Ottawa, peuvent aider les cliniciens à évaluer la probabilité d’une lésion osseuse au niveau de la cheville après un traumatisme.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Les patients souffrant d’un traumatisme de la cheville se présentent généralement aux urgences. L’une des premières décisions diagnostiques auxquelles doit faire face le praticien est de distinguer une lésion osseuse d’une lésion des tissus mous de la cheville. Les règles d’Ottawa pour la cheville (ROC) ont été établies au début des années 1990 pour aider à identifier les lésions de la cheville présentant une forte suspicion d’atteinte osseuse et nécessitant une évaluation radiologique.

Les ROC peuvent être rapidement appliquées dans n’importe quel contexte clinique et les patients doivent être orientés en radiologie s’ils répondent à l’UN des critères suivants : douleur ou sensibilité osseuse au niveau de la portion distale postérieure du tibia ou de la pointe de la malléole médiale, ou au niveau de la portion distale postérieure de la fibula ou de la pointe de la malléole latérale ; ET/OU incapacité de mise en charge immédiatement après le traumatisme ou lors de l’examen.

L’objectif principal des ROC est de rationaliser l’évaluation des lésions traumatiques de la cheville, afin d’éviter une exposition inutile aux rayonnements ionisants. Cette large étude avait pour but d’étudier la précision diagnostique des ROC dans le diagnostic des fractures de la cheville chez l’adulte.

Les règles d’Ottawa pour la cheville ont été établies pour aider à identifier les lésions de la cheville présentant une forte suspicion d’atteinte osseuse et nécessitant une évaluation radiologique.
bulb
Un patient qui présente un traumatisme de la cheville et dont le test des ROC est négatif, a très peu de risques d’avoir une fracture et ne nécessite généralement pas d’examen radiologique.

MÉTHODE

  • Il s’agit d’une revue systématique et d’une méta-analyse qui respectent la liste de contrôle PRISMA-P.
pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 675 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo