Renforcement intrinsèque du pied dans la prévention des blessures liées à la course à pied : analyse de survie d'un essai contrôlé randomisé en simple aveugle

Une analyse de Dr Melinda Smith info

POINTS CLÉS

  1. Chez les coureur·se·s récréatif∙ve∙s qui ont effectué un protocole de renforcement des pieds, le risque de blessures liées à la course a été réduit par rapport aux coureur·se·s qui ont effectué un protocole d'étirement statique placebo.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La course à pied est une activité récréative populaire dont les bienfaits pour la santé sont reconnus (1). Cependant, les blessures liées à la course à pied sont courantes et entrainent une interruption ou un abandon de l'activité physique. L'incidence des blessures liées à la course atteignant 79 % (2), la mise en place d'une prévention efficace des blessures est donc une priorité.

Pendant la course, le pied joue un rôle essentiel dans l'absorption et la transmission des forces corporelles au sol et vice-versa. Les muscles intrinsèques du pied contribuent grandement à la fonction du pied, aidant à amortir les forces d'impact et "gainent" l'avant-pied pour la propulsion (3,4). De plus, les muscles intrinsèques offrent la capacité de moduler activement la fonction du pied pour répondre à des demandes variables (accélération / décélération, montée / descente) (5). L'entrainement de ces muscles peut améliorer la fonction du pied et aider à prévenir les blessures chez les coureur∙se∙s.

Le but de cet essai contrôlé randomisé était d'étudier l'efficacité d'un protocole de renforcement des muscles du pied afin de réduire l'incidence des blessures liées à la course chez les coureurs récréatifs sur une période de suivi d'un an.

Il a été rapporté que l'incidence des blessures liées à la course pouvait aller jusqu'à 79 %.
bulb
La proposition des auteur·rice·s selon laquelle un pied plus fort devrait mieux dissiper les charges cumulées et excessives semble quelque peu étayée, car les gains de force du pied étaient corrélés à la durée avant l'apparition d'une blessure.

MÉTHODE

118 participant·e·s (âgé·e·s de 18 à 55 ans) qui ont couru entre 20 et 100 km par semaine, pendant un an ou plus, ont été recrutés pour l'essai. Les principaux critères d'exclusion étaient : une blessure liée à la course

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo