Débloquez nos 663 analyses de littérature dès maintenant En savoir plus

Renforcement intrinsèque du pied dans la prévention des blessures liées à la course à pied : analyse de survie d'un essai contrôlé randomisé en simple aveugle

Une analyse de Dr Melinda Smith info

POINTS CLÉS

  1. Chez les coureur·se·s récréatif∙ve∙s qui ont effectué un protocole de renforcement des pieds, le risque de blessures liées à la course a été réduit par rapport aux coureur·se·s qui ont effectué un protocole d'étirement statique placebo.
  2. Cette étude a été menée chez des coureur∙se∙s récréatif∙ve∙s, mais la généralisation aux coureur∙se∙s débutant∙es ou de haut niveau nécessite un examen plus approfondi.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La course à pied est une activité récréative populaire dont les bienfaits pour la santé sont reconnus (1). Cependant, les blessures liées à la course à pied sont courantes et entrainent une interruption ou un abandon de l'activité physique. L'incidence des blessures liées à la course atteignant 79 % (2), la mise en place d'une prévention efficace des blessures est donc une priorité.

Pendant la course, le pied joue un rôle essentiel dans l'absorption et la transmission des forces corporelles au sol et vice-versa. Les muscles intrinsèques du pied contribuent grandement à la fonction du pied, aidant à amortir les forces d'impact et "gainent" l'avant-pied pour la propulsion (3,4). De plus, les muscles intrinsèques offrent la capacité de moduler activement la fonction du pied pour répondre à des demandes variables (accélération / décélération, montée / descente) (5). L'entrainement de ces muscles peut améliorer la fonction du pied et aider à prévenir les blessures chez les coureur∙se∙s.

Le but de cet essai contrôlé randomisé était d'étudier l'efficacité d'un protocole de renforcement des muscles du pied afin de réduire l'incidence des blessures liées à la course chez les coureurs récréatifs sur une période de suivi d'un an.

Il a été rapporté que l'incidence des blessures liées à la course pouvait aller jusqu'à 79 %.
bulb
La proposition des auteur·rice·s selon laquelle un pied plus fort devrait mieux dissiper les charges cumulées et excessives semble quelque peu étayée, car les gains de force du pied étaient corrélés à la durée avant l'apparition d'une blessure.

MÉTHODE

118 participant·e·s (âgé·e·s de 18 à 55 ans) qui ont couru entre 20 et 100 km par semaine, pendant un an ou plus, ont été recrutés pour l'essai. Les principaux critères d'exclusion étaient : une blessure liée à la course à pied au cours des 2 mois précédents, avoir fait l'expérience de la course pieds nus ou avec des chaussures minimalistes, un antécédent de chirurgie des membres inférieurs et des maladies chroniques ou des déficiences susceptibles d'influencer les performances de course.

Les participant·e·s ont été randomisé·e·s dans l'un des trois groupes :

Groupe 1 - Renforcement des muscles du pied

  • Protocole d'entrainement de 8 semaines composé de 12 exercices de pied et de cheville réalisés une fois par semaine sous la supervision d'un∙e kinésithérapeute, et 8 exercices de pied et de cheville réalisés 3 fois par semaine à domicile sous supervision à distance.

Groupe 2 - Contrôle

  • Protocole d'étirement statique placebo de 5 minutes 3 fois par semaine avec retours/commentaires hebdomadaires d'un∙e kinésithérapeute.

Après l'intervention de 8 semaines, les participant·e·s ont été invité·e·s à poursuivre leurs exercices respectifs 3 fois par semaine jusqu'à la fin du suivi de 12 mois et à noter leur observance. Des rapports hebdomadaires sur la distance de course, l'allure et l'incidence des blessures liées à la course ont été compilés. De plus, la force du pied et l'arch index [indice portant sur la voute plantaire] ont été évalués au départ, à 8 et 16 semaines.

RÉSULTATS

28 participant·e·s (23,5 %) ont signalé une blessure liée à la course, dont 20 participant·e·s (32,8 %) du groupe témoin et 8 participant·e·s (14,0 %) du groupe renforcement des pieds. Les participant·e·s du groupe témoin étaient 2,42 fois plus susceptibles de subir une blessure liée à la course que les participant·e·s du groupe renforcement des pieds au cours du suivi de 12 mois (voir figure 1). Des gains de force du pied plus importants au cours des 8 semaines d'entrainement étaient corrélés à un temps plus long avant de développer une blessure liée à la course.

Image

L'observance des séances supervisées était élevée (88 %), tandis que l'observance des séances supervisées à distance (à domicile) était élevée au cours des 8 premières semaines (90,4 %), mais a diminué au cours des 12 mois de suivi (48,9 %).

D'autres facteurs (antécédent de blessure, indice de masse corporelle, type d'attaque du pied, sexe, foot posture index, nombre d'années de course, nombre de kilomètres parcourus et allure) n'ont pas affecté le risque de blessures liées à la course. Cependant, pour chaque année supplémentaire (en ce qui concerne l'âge), il y avait un risque de blessures liées à la course multiplié par 1,07.

LIMITES

Il n'y avait aucune distinction entre les types ou les sites de blessures liées à la course. Le renforcement du pied peut être plus efficace pour prévenir certaines blessures que d'autres, mais cela n'a pas pu être déterminé à partir de cette étude. Des blessures liées à la course ont également été autodéclarées, ce qui peut avoir introduit un certain biais. Enfin, la généralisabilité des résultats aux coureurs débutants (<1 an) avec un nombre de kilomètres hebdomadaire faible (<20 km), ou aux coureurs de haut niveau, est inconnue.

IMPLICATIONS CLINIQUES

Cette étude a utilisé des méthodes rigoureuses, telles que le pré-enregistrement et la publication du protocole de l'essai (6), la répartition aléatoire des groupes, les évaluations en aveugle, le suivi de l'observance de l'intervention et l'analyse des données en utilisant une approche en intention de traiter. Ces éléments incitent à être plutôt confiant quant au caractère impartial des conclusions issues des données de cette étude. Le protocole de l'étude a été publié dans une revue en libre accès (6), rendant la description détaillée du protocole d'exercices téléchargeable gratuitement.

La proposition des auteur·rice·s selon laquelle un pied plus fort devrait mieux dissiper les charges cumulées et excessives semble quelque peu étayée, car les gains de force du pied étaient corrélés à la durée avant l'apparition d'une blessure. Cependant, la façon dont chaque coureur∙se réagit de manière biomécanique aux améliorations de la force du pied et son lien avec différents types ou sites de blessures nécessitent une investigation plus approfondie. Bien que l'âge ait été le seul facteur de risque indépendant identifié dans cette cohorte, d'autres facteurs de risque comme l'indice de masse corporelle, les blessures antérieures et le nombre de kilomètres parcourus sont peut-être toujours importants à considérer. Les biais de sélection (critères d'exclusion utilisés lors du recrutement) peuvent expliquer pourquoi ces facteurs n'étaient pas pertinents pour ce groupe de coureur∙se.

La structure du programme comprenait des séances supervisées par un thérapeute (une fois par semaine pendant 8 semaines) ainsi que des séances indépendantes (à domicile) supervisées à distance à l'aide d'un programme Web. Il était estimé que chaque séance prenait 20 à 30 minutes. Cette durée peut être prise en considération pour la mise en place d'un programme. La supervision à distance impliquait de contacter les participant·e·s qui ne s'étaient pas connecté·e·s au logiciel Web pendant plus de cinq jours consécutifs, ou si les participant·e·s n'avaient pas assisté à l'une des sessions locales supervisées. La supervision à distance (contact continu) peut être liée à la haute observance observée au cours des 8 premières semaines de l'essai et pourrait être un facteur important lors de la mise en œuvre d'une telle intervention dans le cadre clinique.

Bien que la période d'intervention ait été de 8 semaines, les participant·e·s ont été invité·e·s à poursuivre les exercices à domicile 3 fois par semaine pendant la durée du suivi de 12 mois. Cela soulève la question suivante : 8 semaines d'entrainement suffisent-elles pour obtenir une réduction du risque de blessure ou la poursuite de l'intervention a-t-elle été un élément important de l'efficacité du programme sur les 12 mois ? Les auteur∙rice∙s ont donné quelques éléments de réponse à cette question. Ils·elles ont rapporté qu'au quatrième mois de suivi, des différences en ce qui concerne le risque cumulé de blessures liées à la course étaient évidentes entre les deux groupes. Ils·elles ont donc suggéré qu'un programme d'exercices des pieds de seulement 4 à 8 mois pourrait être efficace.

+RÉFÉRENCES

Taddei U, Matias A, Duarte M & Sacco I (2020) Foot Core Training to Prevent Running-Related Injuries: A Survival Analysis of a Single-Blind, Randomized Controlled Trial. Am J Sports Med, 48(14), 3610-3619.

RÉFÉRENCES CITÉES

  1. Hespanhol Junior, L. C., Pillay, J. D., van Mechelen, W., & Verhagen, E. (2015). Meta-Analyses of the Effects of Habitual Running on Indices of Health in Physically Inactive Adults. Sports Med, 45(10), 1455-1468. https://doi.org/10.1007/s40279-015-0359-y
  2. van Gent, R. N., Siem, D., van Middelkoop, M., van Os, A. G., Bierma-Zeinstra, S. M. A., & Koes, B. W. (2007). Incidence and determinants of lower extremity running injuries in long distance runners: a systematic review. Br J Sports Med, 41(8), 469-480. https://doi.org/10.1136/bjsm.2006.033548
  3. Kelly, L. A., Farris, D. J., Cresswell, A. G., & Lichtwark, G. A. (2019). Intrinsic foot muscles contribute to elastic energy storage and return in the human foot. J Appl Physiol (1985), 126(1), 231-238. https://doi.org/10.1152/japplphysiol.00736.2018
  4. Farris, D. J., Kelly, L. A., Cresswell, A. G., & Lichtwark, G. A. (2019). The functional importance of human foot muscles for bipedal locomotion. Proc Natl Acad Sci U S A, 116(5), 1645-1650. https://doi.org/10.1073/pnas.1812820116
  5. Riddick, R., Farris, D. J., & Kelly, L. A. (2019). The foot is more than a spring: human foot muscles perform work to adapt to the energetic requirements of locomotion. J R Soc Interface, 16(150), 20180680. https://doi.org/10.1098/rsif.2018.0680
  6. Matias, A. B., Taddei, U. T., Duarte, M., & Sacco, I. C. N. (2016). Protocol for evaluating the effects of a therapeutic foot exercise program on injury incidence, foot functionality and biomechanics in long-distance runners: a randomized controlled trial. Bmc Musculoskeletal Disorders, 17. https://doi.org/10.1186/s12891-016-1016-9
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo