La biomécanique des membres inférieurs lors de tâches fonctionnelles à faible et à fort impact diffère entre les hommes et les femmes souffrant de douleurs inguinales liées à la hanche

Une analyse de Dr Joanne Kemp info

POINTS CLÉS

  1. Les footballeurs et footballeuses se déplacent différemment lors de tâches à faible impact (marche) et à fort impact (saut à une jambe).
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La douleur inguinale et à la hanche est souvent observée chez les athlètes. Ils présentent souvent des déficits d'amplitudes, de force musculaire, ainsi que des limitations de leur performance dans les tâches fonctionnelles et se voient diminuer leur entrainement. Il est important de comprendre la biomécanique car elle peut être source d'informations quant aux contraintes appliquées aux articulations dans certaines tâches et mouvements. Elle permet aussi d'avoir une idée de l'influence de la masse musculaire sur les contraintes articulaires. Une récente revue systématique (1) de la biomécanique chez les personnes souffrant de douleurs de hanche a montré qu'il y avait une sous-représentation des femmes dans ces études, la plupart des cohortes étant dominées par les hommes. De plus il y avait peu d'informations sur la biomécanique dans les tâches qui nécessitaient un niveau de fonction plus élevé, comme le saut et la réception. Par conséquent, l'objectif de cette étude était d'étudier les différences de biomécanique des membres inférieurs entre les hommes et les femmes souffrant de douleurs liées à la hanche au cours de deux tâches opposées : la marche et le saut sur une jambe.

La douleur inguinale et à la hanche est souvent observée chez les athlètes. Ils présentent souvent des déficits d'amplitudes, de force musculaire, ainsi que des limitations de leur performance dans les tâches fonctionnelles.
bulb
Les cliniciens devraient aussi examiner les stratégies de mouvement en distalité de la hanche pour traiter les douleurs de hanche et inguinales.

MÉTHODE

Les auteurs ont mené cette étude à Melbourne, en Australie, où ils ont recruté des footballeurs(euses)(Football Australien et football classique) qui avaient des douleurs depuis au moins 6 moins à la hanche ou à l'aine, et un test de flexion-adduction-rotation

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 687 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo