La combinaison des tests de conflits de hanche et des tests d'amplitudes peut augmenter la précision diagnostique chez les patients souffrant du syndrome de CFA

Une analyse de Dr Joanne Kemp info

POINTS CLÉS

  1. Les tests de conflit, en particulier l'Anterior Impingement Test (AIMT) et le test en Flexion/adduction/rotation interne (FADIR), peuvent être utilisés en conjonction avec le test de rotation interne en DV, afin d'aider au diagnostic du syndrome de conflit fémoro-acétabulaire (SCFA) chez les individus souffrant de douleurs de hanche.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Le diagnostic de la cause de la douleur de hanche et de l'aine représente tout un challenge. Cela est dû à une anatomie particulièrement complexe de cette région, à la possibilité que plusieurs structures soient la cause de la douleur, et à la probabilité de la présence d'une pathologie co-existante (1). Le syndrome de conflit fémoro acétabulaire (SCFA) est une cause courante de douleur de hanche chez l'adulte jeune et d'âge moyen et est associé à une augmentation du risque de développer une arthrose de hanche (2). Le SCFA doit être diagnostiqué en conjonction avec la forme de l'os de la hanche (la morphologie), la présence de douleurs et de symptômes, et des signes objectifs de perte d'amplitudes (3). La précision diagnostique du conflit et les tests d'amplitudes chez les personnes souffrant du SFCA sont incertaines.

Le but de cette publication était donc (1) d'évaluer la fiabilité de l'évaluation clinique de la hanche ; et (2) d'évaluer la précision diagnostique des tests de conflits et d'amplitudes de la hanche pour dépister les personnes souffrant du SCFA.

Le syndrome de conflit fémoro acétabulaire (SCFA) est associé à une augmentation du risque de développer une arthrose de hanche.
bulb
Les cliniciens peuvent ajouter le test d'amplitude en rotation interne au test FADIR à leur évaluation clinique pour aider à la confirmation du diagnostic du SCFA.

MÉTHODE

Les chercheurs ont recruté, sur une période de 3 ans, 81 patients (moyenne d'âge de 36 ans, 49 % de femmes) avec une douleur de hanche qui ont consulté dans une clinique orthopédique. Pour être inclus, les patients devaient être

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo