La force musculaire et la performance fonctionnelle de la hanche diffèrent-elles entre les footballeur·se·s avec et sans dysplasie de la hanche ?

Une analyse de Sam Blanchard info

POINTS CLÉS

  1. Des niveaux similaires de force musculaire et de fonction de la hanche ont été observés entre les footballeur·se·s avec et sans dysplasie de la hanche.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La dysplasie de la hanche, source fréquente d’inconfort au niveau de la hanche, est souvent mal diagnostiquée. Des directives récentes suggèrent d’utiliser un angle de couverture de la tête (Lateral Centre Edge) < 25° pour poser le diagnostic. Dans une étude portant sur des footballeuses, une dysplasie de la hanche a été détectée dans 16 % des cas avec un angle LCE < 20°, mais ce chiffre est passé à 66 % avec un angle LCE < 25°. Du fait d’une connaissance limitée des déficiences physiques modifiables telles que la réduction de la force de la hanche et l’évolution naturelle de la pathologie, la prévalence de la dysplasie de la hanche peut être sous-estimée chez les footballeur·se·s. Particulièrement, les femmes souffrant de douleurs liées à la hanche présentent des déficiences distinctes et sont quatre fois plus susceptibles de demander un traitement pour une dysplasie de la hanche que les hommes.

Cette étude visait à comparer la force musculaire ainsi que la performance fonctionnelle de la hanche chez les footballeur·se·s avec et sans dysplasie de la hanche, tout en vérifiant si cette relation était modifiée par le genre.

La dysplasie de la hanche est une source fréquente d’inconfort au niveau de la hanche et est souvent mal diagnostiquée.
bulb
Le renforcement autour de la hanche chez les personnes atteint·e·s de dysplasie de la hanche peut contribuer à limiter la douleur et à réduire le risque de pathologie ultérieure de la hanche.

MÉTHODE

  • Cette étude s’est concentrée sur les footballeur·se·s symptomatiques diagnostiqué·e·s avec une dysplasie de la hanche, confirmée par des preuves radiographiques où l’angle LCE était inférieur à 25°. Ce groupe a été appelé groupe « dysplasie de la hanche » (DH),
pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 687 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo