Les déchirures labrales et les lésions chondrales sont des comorbidités communes identifiées lors de la réparation endoscopique des déchirures du tendon glutéal pour le syndrome douloureux du grand trochanter : revue systématique

Une analyse de Dr Alison Grimaldi info

POINTS CLÉS

  1. Presque tous·tes les patient·e·s (94 %) qui subissent un traitement endoscopique pour un syndrome douloureux persistant du grand trochanter (SDGT) présentent des déchirures des tendons du moyen et/ou petit glutéaux.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Avec une prévalence comprise entre 10 et 25 % chez la population générale, la douleur du grand trochanter est fréquente (1, 2). Traditionnellement, le diagnostic de « bursite trochantérienne » était utilisé pour les douleurs latérales de la hanche, mais il est devenu évident que la tendinopathie glutéale était la principale pathologie des tissus mous associée à la douleur trochantérienne (3). Le terme « syndrome douloureux du grand trochanter » (SDGT) est souvent utilisé comme terme générique pour désigner les douleurs trochantériennes associées à des pathologies locales des tissus mous.

Une intervention chirurgicale peut être envisagée chez les patient·e·s souffrant d’un SDGT persistant qui n’évolue pas de manière satisfaisante avec les soins non chirurgicaux. Cette sous-population est susceptible de présenter une pathologie des tissus mous plus avancée et une pathologie intra-articulaire associée.

Cette étude visait donc à examiner systématiquement la littérature sur les résultats peropératoires au cours du traitement endoscopique du SDGT.

Avec une prévalence comprise entre 10 et 25 % chez la population générale, la douleur du grand trochanter est fréquente.
bulb
La présence d’une pathologie identifiée en per-opératoire ou à l’imagerie n’indique pas la source de la nociception.

MÉTHODE

Une revue systématique des études rapportant des résultats peropératoires après une chirurgie endoscopique pour le traitement du SDGT a été réalisée. Le protocole a suivi les recommandations PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses).

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 651 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo