Quel est le taux de réponse au traitement non opératoire de la douleur liée à la hanche ? Une revue systématique avec méta-analyse

Une analyse de Dr Joshua Heerey info

POINTS CLÉS

  1. La moitié des patient·e·s (54 %) souffrant de douleurs liées à la hanche ont répondu aux traitements non opératoires.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La douleur liée à la hanche est le terme recommandé pour décrire les pathologies non arthrosiques de l’articulation de la hanche chez les adultes actif·ve·s jeunes et d’âge moyen (1). Les douleurs liées à la hanche peuvent être classées en trois catégories : i) conflit fémoro-acétabulaire (CFA), ii) dysplasie acétabulaire et/ou instabilité de la hanche, et iii) autres pathologies sans morphologie osseuse distincte, qui peuvent inclure des pathologies labrales, chondrales et des lésions du ligament rond de la hanche (1).

Des traitements opératoires et non opératoires sont utilisés pour les patient·e·s souffrant de douleurs liées à la hanche. Plusieurs études récentes ont démontré l’efficacité des approches chirurgicales (par exemple, arthroscopie de la hanche) pour les douleurs liées à la hanche (2, 3). Cependant, tous·tes les patient·e·s souffrant de douleurs liées à la hanche ne sont pas aptes à recevoir des traitements chirurgicaux. Par conséquent, il est essentiel de mettre au point des traitements non opératoires adaptés et de comprendre la réaction des patient·e·s à ces approches (4).

Cette revue systématique et cette méta-analyse visaient à : 1) déterminer le taux de réponse satisfaisante au traitement non opératoire de la douleur liée à la hanche, 2) combiner les preuves existantes concernant l’effet spécifique des différents éléments de la kinésithérapie, et 3) résumer les preuves concernant les options de traitement non opératoire autres que la kinésithérapie.

Par conséquent, il est essentiel de mettre au point des traitements non opératoires adaptés et de comprendre la réaction des patient·e·s à ces approches.
bulb
Les clinicien·ne·s doivent envisager de proposer aux patient·e·s souffrant de douleurs liées à la hanche une approche thérapeutique globale qui tienne compte des facteurs biomécaniques, biologiques et psychosociaux.

MÉTHODE

  • Les auteur·e·s ont réalisé une revue systématique et une méta-analyse, dans laquelle iels ont inclus des essais contrôlés randomisés et des études de cohortes prospectives qui ont évalué les traitements non opératoires des douleurs liées à la hanche.
pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 675 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo