Débloquez nos 675 analyses de littérature dès maintenant En savoir plus

Reprise du sport dans une situation de douleur inguinale persistante liée aux adducteurs : enquête Delphi

Une analyse de Dr Stacey Hardin info

POINTS CLÉS

  1. L'évaluation de la force (isométrique et excentrique), les tests de performance (changements de direction planifiés et non planifiés) et les compétences spécifiques au sport doivent être inclus comme critères de reprise du sport (RTP) chez les athlètes souffrant de douleurs inguinales persistantes liées au sport.
  2. L'imagerie ne doit pas être utilisée comme critère de RTP, mais peut être utile pour exclure les pathologies liées aux drapeaux rouges.
  3. Bien que le groupe d'experts ne soit pas parvenu à un consensus, d'autres critères tels que la gestion de la charge devraient être davantage explorés.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La douleur à l'aine (avec ou sans blessure avec perte de temps de jeu) est un défi courant dans le sport, en particulier ceux qui nécessitent des mouvements multiplanaires. Les chercheurs et les cliniciens continuent de travailler pour identifier les meilleures méthodes de prévention, intervention et traitement des blessures. Plusieurs cadres ont été suggérés pour aider les cliniciens à organiser les décisions de retour sur le terrain (RTP) ; cependant, les critères de RTP étayés par des preuves scientifiques font défaut.

L'objectif de cette enquête Delphi était d'identifier les critères qui pourraient être pris en compte par les praticiens dans le processus de prise de décision de RTP pour les athlètes souffrant de douleurs inguinales persistantes liées aux adducteurs [long-standing adductor-related groin pain].

La douleur à l'aine (avec ou sans blessure avec perte de temps de jeu) est un défi courant dans le sport, en particulier ceux qui nécessitent des mouvements multiplanaires.
bulb
Les tests de performance doivent inclure des changements de direction planifiés et non planifiés pour évaluer le niveau de confiance et de douleur de l'athlète pendant l'exécution.

MÉTHODE

  • L'enquête a été créée par un comité de cinq membres (quatre kinésithérapeutes du sport et un médecin du sport).

  • 32 experts répondant à la définition établie d'expert ont été identifiés directement ou par une « méthode d'échantillonnage boule de neige » (invitation par les autres experts) pour participer à l'étude.

  • Trois séries de questionnaires ont été envoyées aux participants. Le premier tour consistait à enquêter sur :

    • Les caractéristiques des participants experts

    • Neuf critères différents (palpation, souplesse, force, critères d'évaluation rapportés par le patient, imagerie, contrôle intersegmentaire, tests de performance, compétences spécifiques au sport, charge d'entraînement) qui peuvent être pris en compte pendant le processus de RTP

  • Les réponses du premier tour ont été analysées pour élaborer les questions du deuxième tour qui visaient à approfondir les critères de RTP.

  • Les réponses du deuxième tour ont été analysées et les critères de RTP qui respectaient la valeur seuil ont été inclus dans le troisième tour. Il était demandé aux experts d'identifier leur degré de confiance dans les différents critères de RTP à l'aide d'une échelle de Likert.

RÉSULTATS

Données démographiques des experts :

  • 3 régions : Europe, USA, Australie

  • 3 affiliations : clinique, universitaire, équipe

  • 4 professions : kinésithérapeutes, physiologistes, médecins et chirurgiens

  • Expérience moyenne : 20,8 ans

  • Publications évaluées par des pairs sur la douleur à l'aine, au total :15,7

Ronde 1

  • Un consensus positif a été atteint sur : la palpation, la force, les amplitudes passives de mouvement, le contrôle intersegmentaire, les tests de performance et les compétences spécifiques au sport.

  • Un consensus négatif a été atteint sur l'imagerie.

Ronde 2

  • Un consensus positif a été confirmé sur : la force, les tests de performance, les compétences spécifiques au sport.

  • Le consensus négatif a été confirmé sur l'imagerie.

Ronde 3

  • Un consensus positif a été établi sur : la force, les tests de performance, les compétences spécifiques au sport.

  • Le consensus négatif a été confirmé sur l'imagerie.

LIMITES

  • Une enquête Delphi fournit un niveau de preuve inférieur à celui d'autres modèles d'étude.

  • Dans cette étude, des groupes spécifiques ont peut-être été surreprésentés ; notamment 87,5 % des experts étaient européens et seulement trois régions géographiques représentées.

  • 75 % des experts étaient affiliés à un milieu clinique et 65,6 % des participants étaient kinésithérapeutes.

  • Les participants étaient limités par leur capacité à répondre au sondage en anglais.

IMPLICATIONS CLINIQUES

La décision de RTP chez les athlètes souffrant de douleurs à l'aine liées aux adducteurs est complexe. Dans cette enquête, les experts se sont accordés sur l'inclusion de trois critères - les tests de force, les tests de performance et les compétences spécifiques au sport. Et l'exclusion d'un critère, l'imagerie.

Il est recommandé que les tests de force incluent des tests isométriques et excentriques des adducteurs à la recherche d'une symétrie. Un accord complet n'a pas été atteint concernant les positions de test, mais le consensus le plus large concernait un test de compression à 0 degré [squeeze test at 0 degrees] pour l'évaluation de la force isométrique et une évaluation excentrique en décubitus latéral. Bien qu'aucun consensus n'ait été atteint dans ce groupe, l'évaluation de la force d'autres groupes musculaires, en particulier les abducteurs avec le ratio adducteur/abducteur et les fléchisseurs du tronc doivent être pris en compte (1).

En plus de la symétrie, il convient de tenir compte des valeurs de force ajustées à la taille pour s'assurer que les individus sont à la fois symétriques et suffisamment forts pour leur taille et leur poids (2).

Les tests de performance doivent inclure des changements de direction (change of direction, COD) planifiés et non planifiés pour évaluer le niveau de confiance et de douleur de l'athlète pendant l'exécution. Aucun test spécifique n'a fait consensus, mais un degré fort d'accord a été atteint sur le fait que les COD devraient avoir lieu à des degrés divers (45-90-110-180°) et que l'athlète devrait terminer le COD sans douleur et avec confiance.

L'analyse des compétences spécifiques au sport doit également être effectuée avec confiance et sans douleur. Les mouvements sélectionnés doivent être adaptés aux exigences du sport de l'athlète et exécutés avec une bonne qualité.

Les experts ont eu un degré d'accord élevé sur l'imagerie. Elle ne devrait pas être considérée comme un critère de RTP, mais peut être utile pour exclure les drapeaux rouges.

La palpation, l'amplitude passive des mouvements et le contrôle intersegmentaire n'ont pas fait l'objet d'un consensus parmi les experts en tant que critères de RTP. Cependant, les experts ont déclaré avoir utilisé ces critères dans leur évaluation et leur progression dans le continuum de RTP et la littérature récente continue de soutenir leur utilisation (3).

Vous pouvez voir un résumé de l'évaluation physique à la figure 1.

Image

+RÉFÉRENCES

Vergani L, Cuniberti M, Zanovello M, Maffei D, Farooq A & Eirale C (2022) Return to Play in Long-Standing Adductor-Related Groin Pain: A Delphi Study Among Experts. Sports Medicine - Open, 8 (11).

RÉFÉRENCES CITÉES

  1. Rodriguez, R. (2020). Measuring the hip adductor to abductor strength ratio in ice hockey and soccer players: A critically appraised topic. Journal of Sport Rehabilitation, 29(1), 116–121.
  2. Thorborg, K., Branci, S., Nielsen, M. P., Tang, L., Nielsen, M. B., & Hölmich, P. (2014). Eccentric and Isometric Hip Adduction Strength in Male Soccer Players With and Without Adductor-Related Groin Pain: An Assessor-Blinded Comparison. Orthopaedic journal of sports medicine, 2(2), 2325967114521778.
  3. Baida, S. R., King, E., Richter, C., Gore, S., Franklyn-Miller, A., & Moran, K. (2021). Hip muscle strength explains only 11% of the improvement in hagos with an intersegmental approach to successful rehabilitation of athletic groin pain. The American Journal of Sports Medicine, 49(11), 2994–3003. doi.org/10.1177/03635465211028981
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo