Chirurgie versus rééducation pour le traitement des lésions du ligament croisé antérieur : revue systématique actualisée et méta-analyse

Une analyse de Dr Linda Truong info

POINTS CLÉS

  1. Il n'existe que trois essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la chirurgie précoce à la rééducation après une déchirure du ligament croisé antérieur (LCA), et parmi eux, un seul ECR publié est de bonne qualité.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Un débat en cours a lieu sur l’intérêt de la prise en charge chirurgicale ou non chirurgicale des déchirures du ligament croisé antérieur (LCA). Alors que la plastie du LCA, Anterior Cruciate Ligament Reconstruction (ACLR) est l'approche la plus courante pour prendre en charge les ruptures du LCA, est-ce la meilleure solution ? La plastie du LCA ne garantit pas une reprise sportive réussie pour les athlètes (1) et le risque de récidive reste élevé ; en effet, jusqu'à 20 % d'entre eux subissent une blessure du greffon du LCA ou au membre controlatéral lors de leur reprise sportive (2).

Cette revue systématique et méta-analyse visaient à synthétiser des preuves de bonne qualité comparant l'efficacité de la chirurgie primaire (c'est-à-dire la plastie du LCA) versus la rééducation après déchirure du LCA.

La plastie du ligament croisé antérieur ne garantit pas aux athlètes une reprise sportive réussie et le risque de récidive reste élevé.
bulb
Nous devons être prudents dans notre façon d'encadrer les options de traitement pour les patients, car certains patients présentant des déchirures du LCA nécessiteront une plastie du LCA et d'autres s'en sortiront bien sans chirurgie.

MÉTHODE

  • Il s'agit d'une revue systématique actualisée, ce qui signifie qu'elle sera mise à jour chaque année pendant au moins 6 ans. Les études incluses étaient des essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient la plastie du LCA (quelle que soit la
pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 675 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo