La majorité des athlètes ne parviennent pas à reprendre le sport après une plastie du ligament croisé antérieur pour des raisons autres que le genou opéré

Une analyse de Christina Le info

POINTS CLÉS

  1. Les raisons évoquées par les personnes qui subissent une plastie du LCA peuvent être liées ou non à leur blessure au genou.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

De nombreuses personnes qui ont subi une plastie du ligament croisé antérieur (pLCA) déclarent que leur principal objectif de rééducation est de reprendre leur sport. Malheureusement, nous savons, grâce à des recherches antérieures, qu'environ 1 personne sur 3 ne reprend pas le sport au même niveau d'avant la blessure, et qu'une personne sur 4 ne reprend aucun sport (1). Ce qui est moins clair cependant, ce sont les raisons pour lesquelles les individus ne reprennent pas le sport (Return to play, RTP).

Les symptômes persistants du genou et la peur de se blesser à nouveau sont 2 obstacles possibles à la RTP. Cependant, il est probable que d'autres facteurs contextuels puissent jouer un rôle important dans la décision de reprise. L'objectif de cette étude était d'évaluer les raisons pour lesquelles les athlètes n'ont pas repris le sport après une pLCA.

Environ 1 personne sur 3 ne reprend pas le sport à son niveau d'avant la blessure après une plastie du LCA.
bulb
Ces résultats renforcent le fait que la peur de se blesser à nouveau et le manque de confiance sont souvent cités comme raisons pour lesquelles les patients évitent la reprise du sport, plus que des problèmes physiques liés au genou opéré.

MÉTHODE

Cette étude a recueilli des données auprès de participants ayant subi une pLCA primaire avec une autogreffe des tendons des ischio-jambiers ou une autogreffe os-tendon patellaire-os (KJ) entre 2014 et 2016. Tous les participants ont suivi un programme de rééducation

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo