Débloquez nos 470 analyses de littérature dès maintenant En savoir plus

Le 45-second anterior knee pain provocation test : un test rapide de la douleur du genou et de la fonction sportive chez les adolescents de 10 à 14 ans souffrant de douleurs fémoro patellaires

Une analyse de Dr Teddy Willsey info

POINTS CLÉS

  1. Les douleurs du genou chez les adolescents ont un mauvais pronostic ; de nombreux jeunes athlètes jouent malgré les symptômes pendant des années.
  2. Les douleurs du genou sont plus fréquentes chez les sportives adolescentes.
  3. L'anterior knee pain provocation test offre un nouveau moyen de quantifier la sévérité des symptômes et d'en suivre l'amélioration.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La douleur fémoro patellaire (Patellofemoral pain, PFP) est l'une des formes les plus courantes de douleur au genou. La PFP se développe généralement graduellement, fluctue et est aggravée par des activités qui impliquent la flexion du genou et la charge. L'incidence de la PFP est de 29 % pendant l'adolescence et de 23 % dans la population générale (1). La PFP est observée avec une fréquence accrue chez les athlètes adolescents par rapport aux non-athlètes, et chez les femmes par rapport aux hommes (1,2). Bien qu'une variété d'interventions se soient révélées efficaces pour améliorer la PFP, les résultats à long terme chez les adolescents sont décevants. Jusqu'à 40 % d'entre eux présentent encore des niveaux de symptômes variables depuis plus de cinq ans (3,4).

Les douleurs du genou chez les adolescents sont si fréquentes qu'elles étaient autrefois considérées comme normales et spontanément résolutives : elles étaient supposées disparaitre au fil du temps. La recherche a montré, bien au contraire, que les jeunes athlètes joueront pendant des années avec des douleurs au genou qui altèrent leur qualité de vie, avec une influence potentielle à l'âge adulte (5,6). Bien que le diagnostic de la douleur du genou soit simple, il y a peu de tests fonctionnels pour quantifier la gravité de la PFP et mesurer l'évolution au fil du temps.

L'objectif de cette étude était d'étudier un test de provocation de la douleur simple et efficace dans le temps pour les adolescents atteints de PFP.

L'incidence des douleurs fémoro patellaire est de 29 % pendant l'adolescence et de 23 % dans la population générale.
bulb
Le test AKPP est un outil que les cliniciens peuvent utiliser pour engager et motiver les patients, fixer des objectifs communs et suivre les progrès ensemble.

MÉTHODE

Les auteurs ont recruté 151 participants avec une PFP et 50 pour le groupe témoin sans douleur (âge = 10-14). Le test de provocation de la douleur antérieure du genou (anterior knee pain provocation test , AKPP) a été administré dans les deux groupes à l'inclusion, et dans le groupe expérimental à 4 et 12 semaines. Le test AKPP consiste en un squat isométrique unilatéral de 45 secondes avec le genou fléchi à 60 degrés. Les participants évaluent l'intensité de leur douleur à l'aide d'une échelle numérique d'évaluation de la douleur (EN) immédiatement après le maintien isométrique. Voir la vidéo pour une démonstration de ce test.

AKPP TEST https://youtu.be/-RIRZFp5_Ds

L'intervention de 12 semaines a débuté par 4 semaines de réduction de l'activité, suivies de 8 semaines d'exercice avec résistance progressive et des recommandations sur la reprise du sport. Quatre séances d'enseignement en présentiel ont été suivies par l'adolescent et un parent. Les recommandations actuelles sur les meilleures pratiques ont été utilisées pour diagnostiquer la PFP. Les participants ont été exclus s'ils présentaient des blessures concomitantes au bas du dos, à la hanche ou au genou, une suspicion d'instabilité patellaire, un épanchement au niveau de l'articulation du genou ou un antécédent de recours à la chirurgie, à la kinésithérapie ou d'utilisation hebdomadaire d'anti-inflammatoires pour les douleurs au genou.

RÉSULTATS

Il a été démontré que le test AKPP était modérément associé à la douleur autodéclarée et à la fonction sportive. Au départ, la douleur médiane après le test AKPP était de 5 dans le groupe expérimental et de 0 dans le groupe témoin. Il a été démontré qu'un test AKPP empiré était associé à des scores KOOS-Sport/Rec et KOOS-Pain moins bons.

Des mesures répétées de l'ANOVA ont montré un effet significatif du temps sur le test AKPP, indiquant son utilité pour mesurer et objectiver un changement des symptômes au fil du temps. Le test AKPP produit rarement de la douleur chez les adolescents sans douleur au genou et reproduit systématiquement la douleur lorsque les symptômes sont liés à la charge sur l'articulation du genou.

Le test AKPP n'est pas un outil de diagnostic. Les recommandations de bonnes pratiques doivent être utilisées pour diagnostiquer la PFP et identifier les patients appropriés pour le test AKPP :

  1. Apparition insidieuse d'une douleur antérieure du genou ou d'une douleur rétro-patellaire de plus de 6 semaines
  2. Douleur provoquée par au moins 2 des situations suivantes : position assise ou agenouillée prolongée, position accroupie, la course, le saut ou la montée de marches d'escalier
  3. Sensibilité à la palpation de la patella ou douleur à la descente de marches, ou lors de l'accroupissement à 2 jambes.
  4. Douleur au cours de la semaine précédente d'au moins 3/10 sur l'EN

LIMITES

  • La fiabilité test-retest des scores de douleur n'a pas été examinée, car il a été démontré que les tests sur l'échelle de la douleur étaient fiables chez les jeunes adultes.
  • Les participants du groupe expérimental étaient à 76 % de sexe féminin, ce qui indique que les résultats sont peut-être moins applicables aux adolescents masculins atteints de PFP.
  • Il existe d'autres mesures de la douleur et de la fonction sportive qui pourraient être évaluées en même temps que le test AKPP pour approfondir et confirmer la validité conceptuelle et son utilité chez les adolescents.

IMPLICATIONS CLINIQUES

L'intervention utilisée dans cette étude a été décrite plus en détail dans un article publié précédemment en 2019 (7). Les participants ont reçu un document de 2 pages avec une modification de l'activité et des instructions sur l'exercice à domicile. Une échelle d'activité a été utilisée pour guider les participants sur la réintégration de l'activité sportive, et une explication graphique simplifiée a permis de donner des instructions sur comment progresser et ajuster la posologie de l'exercice en fonction des symptômes.

Les exercices ont commencé avec une extension isométrique du genou et des ponts fessiers en décubitus dorsal [supine bridge], progressant vers le renforcement de la hanche en décubitus latéral, l'extension du genou en chaîne ouverte, et finalement des exercices debout unilatéraux de la hanche, l'extension de genou avec une résistance élastique en fin de course, des fentes et squats en poids de corps. Les résultats étaient prometteurs, 68 % revenant au sport à 3 mois et 78 % à 4 mois. Le moment de force de la hanche et du genou a augmenté de façon significative, la douleur et la qualité de vie ont été améliorées. Bien que les exercices ne portaient que sur le poids corporel sans aborder la pliométrie, il s'agit d'un programme sûr, réaliste et peu coûteux que les adolescents peuvent facilement suivre à la maison avec le soutien de leurs parents.

Les auteurs de ce document ont réussi à concevoir un outil pour mesurer efficacement les progrès chez les adolescents avec PFP. Le test AKPP n'est pas un test spécial et n'est pas destiné à faire la distinction entre la PFP ou d'autres pathologies courantes du genou chez les adolescents. En pratique, le test AKPP peut être utilisé pour retracer l'amélioration des patients au fil du temps, informer les cliniciens sur les ajustements de traitement et objectiver les progrès vers un objectif en particulier. De plus, le test AKPP est un outil que les cliniciens peuvent utiliser pour engager et motiver les patients, fixer des objectifs communs et suivre les progrès ensemble.

Le test AKPP a été conçu spécifiquement pour évaluer la gravité des symptômes, alors que la plupart des tests fonctionnels du genou sont destinés à identifier les déficits de performance. De manière anecdotique, chez les patients adolescents, il peut être particulièrement difficile d'évaluer la gravité des symptômes parfois en raison de problèmes de communication. Dans les cas où la performance n'est pas entravée, l'aptitude au sport n'est pas remise en question et la douleur n'est présente que lors de l'activité, le test AKPP offre un outil pertinent pour provoquer, discriminer, quantifier et surveiller les symptômes chez les adolescents.

+RÉFÉRENCES

Rathleff M, Holden S, Krommes K, Winiarski L, Hölmich P, Salim T & Thorborg K (2022) The 45-second anterior knee pain provocation test: A quick test of knee pain and sporting function in 10-14-year-old adolescents with patellofemoral pain. Physical Therapy in Sport.

RÉFÉRENCES CITÉES

  1. Smith, B. E., Selfe, J., Thacker, D., Hendrick, P., Bateman, M., Moffatt, F., … Logan, P. (2018). Incidence and prevalence of patellofemoral pain: A systematic review and meta-analysis. PLOS ONE.
  2. Ferreira, A. S., de Oliveira Silva, D., Priore, L., Garcia, C., Ducatti, M., Botta, A., Waiteman, M. C., & de Azevedo, F. M. (2018). Differences in pain and function between adolescent athletes and physically active non-athletes with patellofemoral pain. Physical Therapy in Sport.
  3. Rathleff, M. S., Holden, S., Straszek, C. L., Olesen, J. L., Jensen, M. B., & Roos, E. M. (2019). Five-year prognosis and impact of adolescent knee pain: a prospective population-based cohort study of 504 adolescents in Denmark. BMJ open.
  4. Hamstra-Wright, K. L., Aydemir, B., Earl-Boehm, J., Bolgla, L., Emery, C., & Ferber, R. (2017). Lasting Improvement of Patient-Reported Outcomes 6 Months After Patellofemoral Pain Rehabilitation. Journal of sport rehabilitation.
  5. Rathleff, M. S., Rathleff, C. R., Olesen, J. L., Rasmussen, S., & Roos, E. M. (2016). Is Knee Pain During Adolescence a Self-limiting Condition? AJSM.
  6. Coburn, S. L., Barton, C. J., Filbay, S. R., Hart, H. F., Rathleff, M. S., & Crossley, K. M. (2018). Quality of life in individuals with patellofemoral pain: A systematic review including meta-analysis. Physical Therapy in Sport.
  7. Rathleff, M. S., Graven-Nielsen, T., Hölmich, P., Winiarski, L., Krommes, K., Holden, S., & Thorborg, K. (2019). Activity Modification and Load Management of Adolescents With Patellofemoral Pain: A Prospective Intervention Study Including 151 Adolescents. The American journal of sports medicine.
  8. Rathleff, M. S., Winiarski, L., Krommes, K., Graven-Nielsen, T., Hölmich, P., Olesen, J. L., … Thorborg, K. (2020). Pain, Sports Participation, and Physical Function in 10-14 Year Olds With Patellofemoral Pain and Osgood Schlatter: A Matched Cross-Sectional Study of 252 Adolescents. JOSPT.
  9. Ferber, R., Bolgla, L., Earl-Boehm, J. E., Emery, C., & Hamstra-Wright, K. (2015). Strengthening of the hip and core versus knee muscles for the treatment of patellofemoral pain: a multicenter randomized controlled trial. Journal of athletic training.
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo