Les procédures méniscales n'augmentent pas, même avec une plastie retardée du LCA et une rééducation : résultats d'un essai contrôlé randomisé

Une analyse de Dr Christina Le info

POINTS CLÉS

  1. Après une rupture du LCA, il n'y a pas de différence dans le nombre de chirurgies du ménisque pratiqué chez les personnes qui subissent une plastie précoce du LCA par rapport à celles qui poursuivent une rééducation avec une plastie retardée et optionnelle du LCA.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Une blessure au ménisque peut modifier l'évolution de la santé du genou. À court terme, les lésions du ménisque entraînent des symptômes tels que la douleur, le gonflement et un blocage. À long terme, ils sont associés à un risque élevé de développer de l'arthrose. Malheureusement, des déchirures concomitantes du ménisque surviennent dans 40 à 60 % des ruptures du ligament croisé antérieur (LCA) (1). On pense généralement que la plastie du LCA minimise les lésions supplémentaires du ménisque, cependant, les preuves actuelles ne sont pas concluantes.

L'objectif de cette étude était de comparer le nombre de chirurgies du ménisque chez les personnes présentant une rupture du LCA qui avaient eu une plastie précoce du LCA ou un traitement initial non opératoire avec une plastie optionnelle du LCA retardée sur deux ans.

Des déchirures concomitantes du ménisque surviennent dans 40 à 60 % des ruptures du ligament croisé antérieur.
bulb
La meilleure façon de protéger le ménisque et d'optimiser la santé à long terme devrait être la principale considération après une rupture du LCA.

MÉTHODE

Il s'agissait d'une analyse secondaire de l'essai COMPARE (Conservative vs Operative Methods for Patients with ACL Rupture Evaluation), un essai contrôlé randomisé comparant la plastie précoce du LCA à la rééducation avec des stratégies facultatives de traitement de plastie retardée

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 687 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo