Pendant le changement de direction chez les femmes, une attaque arrière pied engendre plus fréquemment la combinaison d'un moment de force en valgus et rotation interne du genou en comparaison à une attaque avant pied

Une analyse de Dr Carlo Wood info

POINTS CLÉS

  1. La force de réaction du sol antérieure ou postérieure à l'axe du tibia provoque une rotation opposée du tibia.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La force de réaction du sol (FRS) sur le membre inférieur en appui pendant une décélération sans contact crée une force externe capable de déchirer le ligament croisé antérieur (LCA). La translation antérieure du tibia, les moments de force en valgus (VL) et en rotation interne (RI) contribuent à cette possibilité.

Si l'arrière pied est la première partie à être en contact avec le sol, le centre de pression (CdP) est postérieur à la cheville avec un bras de levier (BdL) s'étendant postérieurement et il devrait se créer un valgus et une rotation interne. Avec une attaque avant pied, le CdP est antérieur à la cheville, le BdL est dirigé antérieurement, et le tibia devrait faire une rotation externe et former un varus. Le but de cette étude était de valider si ces schémas d'attaque du pied existent en réalité.

La force de réaction du sol sur le membre inférieur en appui pendant une décélération sans contact crée une force externe capable de déchirer le LCA.
bulb
L'activation musculaire des ischio-jambiers est un des facteurs qui empêche la rotation interne du tibia et réduit les contraintes sur le LCA.

MÉTHODE

24 femmes avec 5 ans d'expérience d’entraînement dans les changements brusques de direction [cutting maneuvers] ont effectué un changement de direction planifié à 60° vers le côté opposé au pied d'appui, à vitesse lente, en utilisant leur membre inférieur préféré

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo