Débloquez nos 675 analyses de littérature dès maintenant En savoir plus

Bouger ou ne pas bouger : l'effet paradoxal de l'exercice physique dans la spondylarthrite axiale

Une analyse de Jack March info

POINTS CLÉS

  1. Tous les types d'exercice restent sûrs et efficaces dans la prise en charge des personnes atteintes de spondylarthrite axiale à court terme (réduction des symptômes) et à long terme (maintien général de la santé).
  2. L'exercice ou l'activité doit respecter les recommandations minimales en matière d'activité physique, être orienté selon les préférences personnelles et avoir des éléments cardiovasculaires, de renforcement, et de flexibilité/souplesse.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La spondylarthrite axiale (AxSpA) est une maladie auto-inflammatoire se manifestant principalement par une lombalgie chronique de type inflammatoire, mais également par une proportion élevée de symptômes tendineux d'insertion en périphérie. L'AxSpA est une maladie des enthèses provoquant des réactions inflammatoires à l'endroit où les ligaments (colonne vertébrale et articulations sacro-iliaques) et les tendons s'attachent à l'os (1). Si elles ne sont pas traitées, ces enthèses peuvent s'ossifier, entrainant une fusion de la colonne vertébrale et des sacro-iliaques et la formation d'éperons osseux [bony encroachment] dans les tendons périphériques. Plusieurs facteurs augmentent le risque de ces changements osseux - la durée de la maladie, être un homme, une positivité au HLA-B27 et être fumeur (2).

L'exercice augmente la charge, le stress et peut-être le processus inflammatoire au niveau de ces enthèses, mais les symptômes de l'AxSpA sont souvent améliorés avec l'activité et l'exercice est important pour maintenir de nombreux bénéfices pour la santé générale dans cette maladie. Cela conduit à un paradoxe – l'exercice étant bénéfique, mais aussi potentiellement préjudiciable. Cet article visait à explorer l'effet de l'exercice dans l'AxSpA.

La spondylarthrite axiale se manifeste souvent par une proportion élevée de symptômes tendineux d'insertion en périphérie.
bulb
Notre meilleure approche est d'être guidé par les préférences des individus, leurs capacités et leurs réactions symptomatiques à l'exercice.

MÉTHODE

Il s'agit d'un article de synthèse qui rassemble diverses études examinant les implications de l'inflammation au niveau de l'enthèse, les facteurs génétiques, les facteurs ostéo-immunologiques et les voies qui conduiraient à ces modifications osseuses. Cette combinaison pose le cadre qui explique pourquoi les personnes atteintes d'AxSpA synthétisent de l'os, une des caractéristiques de cette maladie.

Les auteurs ont également examiné des études sur des souris dans lesquelles l'effet du stress mécanique a été évalué pour son impact sur la formation de nouveaux os chez des souris présentant une arthrite. Les souris qui n'ont pas été soumises à des charges n'ont pas développé autant d'inflammation et l'arthrite a été beaucoup plus lente à se manifester.

RÉSULTATS

Les auteurs ont discuté de la possibilité théorique que la mise en charge accélère la néoformation osseuse chez les personnes atteintes d'AxSpA et proposent donc la création de ce paradoxe. Ceci est en contradiction avec de nombreuses études montrant que l'activité et l'exercice sont très bénéfiques dans l'AxSpA. Il existe également un certain nombre de facteurs de confusion. Par exemple, les hommes ont tendance à avoir plus de néoformations osseuses et ont également tendance à avoir des emplois plus contraignants physiquement (par exemple, dans la construction). Y aurait-il donc une différence à faire de l'exercice "thérapeutique" dans ce cas-là ?

L'exercice réduit également l'inflammation systémique et donc influe sur les résultats dans cette pathologie. Si l'on évalue le risque vs la récompense, serait-il toujours préférable d'utiliser des activités à charges élevées pour remédier aux problématiques de densité osseuse, de santé cardiovasculaire, de fonction, etc. ? Il n'est pas non plus possible de commenter pour le moment l'effet des AINS et des anti-TNF en ce qui concerne la charge mécanique sur les enthèses. Presque tous les patients souffrant d'AxSpA seront traités avec l'un ou les deux.

LIMITES

  • La limite la plus évidente de cette revue est que de nombreuses études sont précliniques (chez la souris), ce qui réduit considérablement la précision de la conversion en biologie humaine.
  • L'AxSpA est également une pathologie très hétérogène - même dans la mesure très précise de néoformation osseuse, des variations significatives existent dans la probabilité de développer de l'os.
  • Avant de changer de manière significative notre pratique clinique, nous devons comprendre non seulement si cela se traduit effectivement en pathobiologie humaine, mais aussi si le développement accru de nouvel os est en fait préjudiciable (c'est-à-dire si les patients sans néoformation osseuse ont les mêmes contraintes liées à la maladie que ceux avec néoformation).

IMPLICATIONS CLINIQUES

Bien que cet article suggère la possibilité que la charge sur les enthèses puisse entrainer une augmentation de la néoformation osseuse, notre compréhension actuelle de l'AxSpA est que l'exercice est un élément essentiel de la prise en charge. À court terme, les symptômes s'améliorent avec l'activité, et garder les gens actifs ou les rassurer sur le fait qu'il est acceptable d'être actif est souvent reçu avec gratitude de la part de ceux qui pensaient, selon la vision médicale habituelle, que l'exercice pourrait provoquer des dommages ou une usure articulaires.

À moyen et à long terme, les résultats fonctionnels et généraux concernant la santé sont également influencés par les niveaux d'activité et d'exercice. Les risques d'ostéoporose et de maladies cardiovasculaires sont augmentés en présence d'un diagnostic d'AxSpA en raison des effets de l'inflammation systémique. La mise en charge des structures corporelles maintient leur qualité et aide également à maintenir des niveaux appropriés de graisse corporelle.

L'exercice ou l'activité dans les arthropathies inflammatoires (par exemple l'AxSpA et la polyarthrite rhumatoïde) semble être efficace sur tout le spectre d'intensité, montrant que l'adhésion et le plaisir sont plus importants que la spécificité dans cette cohorte (3).

Compte tenu de la base de données actuelle et des limites de la recherche utilisée pour créer cet article, nous ne devrions pas changer notre pratique clinique pour le moment et rester prudents face aux publications futures. Notre meilleure approche est d'être guidé par les préférences des individus, leurs capacités et leurs réactions symptomatiques à l'exercice. Nous devons conseiller aux patients souffrant d'AxSpA de maintenir le niveau recommandé d'activité physique, avec des éléments de renforcement, de conditionnement cardiovasculaire et de souplesse, et les aider à atteindre individuellement cet objectif de manière appropriée. Éduquer et rassurer les patients sur le fait que l'activité et l'exercice sont surs et bénéfiques, quel que soit leur choix spécifique, reste une approche fondée sur des preuves.

+RÉFÉRENCES

Perrotta F, Lories R and Lubrano E (2021) To move or not to move: the paradoxical effect of physical exercise in axial spondyloarthritis. RMD Open, 7(1), p.e001480.

RÉFÉRENCES CITÉES

  1. Wendling, D., Claudepierre, P. and Prati, C., 2013. Early diagnosis and management are crucial in spondyloarthritis. Joint Bone Spine, 80(6), pp.582-585.
  2. López-Medina, C., Ramiro, S., van der Heijde, D., Sieper, J., Dougados, M. and Molto, A., 2021. Characteristics and burden of disease in patients with radiographic and non-radiographic axial Spondyloarthritis: a comparison by systematic literature review and meta-analysis.
  3. Millner, J., Barron, J., Beinke, K., Butterworth, R., Chasle, B., Dutton, L., Lewington, M., Lim, E., Morley, T., O’Reilly, J., Pickering, K., Winzenberg, T. and Zochling, J., 2016. Exercise for ankylosing spondylitis: An evidence-based consensus statement.
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo