Effet de l'étiquetage diagnostique sur les intentions de prise en charge des lombalgies non spécifiques : une expérience randomisée basée sur des scénarios

Une analyse de Dr Jarod Hall info

POINTS CLÉS

  1. Près de 75 % des cliniciens de première intention pensent qu'il est possible d'identifier la source dans tous les cas de lombalgies et pensent que l'étiquetage anatomopathologique est un guide plus approprié pour le diagnostic et le choix du traitement.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La lombalgie est la principale cause d'années vécues avec une incapacité dans le monde, et c'est la deuxième raison la plus courante liée aux symptômes qui entraine une recherche de soins auprès d'un professionnel de santé de première intention (1, 2). En 2016, aux États-Unis, on estime que 134,5 milliards de dollars ont été dépensés en services de santé pour les patients souffrant de douleurs lombaires et cervicales, et ces dépenses semblent augmenter régulièrement et rapidement chaque année.

La grande majorité des lombalgies (environ 90 à 95 %) sont appelées « lombalgies non spécifiques ». Selon les directives de pratique clinique sur la lombalgie, le terme lombalgie non spécifique fait référence à une lombalgie pour laquelle il n'est actuellement pas possible d'identifier une cause structurelle spécifique (par exemple, une radiculopathie, une fracture, un cancer) (3).

Cependant, l'utilisation du terme "lombalgie non spécifique" a suscité de nombreuses critiques. Les opposants à l'étiquette non spécifique affirment qu'elle est difficile à utiliser avec les patients, indique que le clinicien ne sait pas ce qui ne va pas chez le patient, ne fournit aucune base pathoanatomique pour la lombalgie et est un obstacle à la prestation de soins individualisés.

Les auteurs de cette étude avaient pour but d'expliquer pourquoi l'utilisation d'étiquettes structurelles spécifiques hautement spécifiques et anatomiques peut également être considérée comme problématique.

En 2016, aux États-Unis, environ 134,5 milliards de dollars ont été dépensés en services de santé pour les patients souffrant de douleurs lombaires et cervicales.
bulb
Supprimer des termes comme dégénérescence des étiquettes diagnostiques de la lombalgie comporte peu de risque et pourrait aider les patients à changer leur point de vue.

MÉTHODE

Cette étude était une expérience randomisée de supériorité à six bras, en groupes parallèles, avec des participants mis en aveugle et réalisée en ligne.

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 482 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo