L’utilisation d’un langage négatif par le/la kinésithérapeute dans l’éducation sur la lombalgie a un impact sur l’anxiété et les croyances relatives à cette pathologie : essai contrôlé randomisé chez des répondant·e·s en bonne santé

Une analyse de Dr Jarod Hall info

POINTS CLÉS

  1. La communication négative liée à la santé et aux blessures influence l’état d’anxiété et les croyances relatives à la pathologie chez le/la destinataire du message.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

La communication verbale en kinésithérapie est une dimension importante de la relation patient·e-thérapeute et a été identifiée comme l’un des facteurs contextuels responsables de l’effet non spécifique du traitement en kinésithérapie (1-4). Ces facteurs contextuels (par exemple, les mots, les comportements, les graphiques, etc.) peuvent avoir un impact sur les croyances des patient·e·s vis-à-vis de la pathologie. Les croyances sur la pathologie font référence aux perceptions et aux cognitions profanes des patient·e·s sur une pathologie et ses menaces potentielles. Ces croyances profanes incluent les résultats anticipés et les attentes. Ces attentes des patient·e·s peuvent jouer un rôle important dans les modifications du réseau moléculaire et neuronal qui sous-tendent les effets placebo et nocebo.

Cette étude visait à déterminer l’impact de l’utilisation par les kinésithérapeutes d’un langage négatif sur les effets nocebo de l’état d’anxiété et des croyances sur la pathologie. Les auteur·e·s ont émis l’hypothèse que les conditions expérimentales (langage et explications davantage « nocébiques ») entraîneraient une plus grande anxiété et un nombre plus important de croyances négatives sur la pathologie par rapport à la condition témoin.

La communication verbale en kinésithérapie a été identifiée comme l’un des facteurs contextuels responsables de l’effet non spécifique du traitement en kinésithérapie.
bulb
Une interaction très limitée entre le/la patient·e et le/la thérapeute peut induire des attentes négatives concernant la lombalgie, même chez les personnes qui ne présentent actuellement aucune douleur dorsale.

MÉTHODE

  • Cette étude a été conçue et menée comme une étude en ligne, à randomisation simple équilibrée (1:1), en double aveugle, contrôlée, en groupes parallèles aux Pays-Bas.
pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 687 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo