Ne proposez pas systématiquement une imagerie pour une douleur lombaire simple

Une analyse de Dr Sarah Haag info

POINTS CLÉS

  1. L’imagerie pour la lombalgie continue d’être surutilisée et ne conduit pas à de meilleurs résultats pour la plupart des cas.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Actuellement, l'imagerie fait souvent partie de la routine d'examen prescrite à une personne souffrant de lombalgie (LBP). Au cours des 20 dernières années, il est apparu que l'imagerie n'était pas utile chez une majorité de personnes souffrant de lombalgie. Seulement 5 à 10 % environ des personnes présentant une lombalgie lors d'une consultation en soins primaires nécessiteraient une imagerie, mais au cours des 20 dernières années, le recours à l'imagerie a augmenté. Cet article a cherché à explorer les raisons qui expliquent ce phénomène.

Seulement 5 à 10 % environ des personnes présentant une lombalgie lors d'une consultation en soins primaires nécessiteraient une imagerie.
bulb
Même lorsqu'un clinicien est au courant des recommandations actuelles, la culture au sein du cabinet et les préférences du patient peuvent rendre leur mise en œuvre difficile.

MÉTHODE

Bien que cet article ne soit pas une revue systématique, la base de données Medline et la Cochrane Library ont été consultés pour identifier des revues systématiques sur l'utilisation de l'imagerie pour la lombalgie, la concordance de l'imagerie avec les

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 482 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo