Débloquez nos 663 analyses de littérature dès maintenant En savoir plus

La structure et la fonction des muscles du segment jambier sont altérées chez les coureurs de fond atteints du syndrome de stress tibial médial : étude cas-témoin

Une analyse de Dr Melinda Smith info

POINTS CLÉS

  1. La structure et la fonction des muscles du segment jambier ont été comparées chez des coureurs de fond avec et sans syndrome de stress tibial médial (MTSS).
  2. Des différences de taille des muscles et de force du segment jambier ont été identifiées dans les membres atteints du MTSS.
  3. Il s'agit d'une étude transversale. On ne sait pas si les différences de taille et de force musculaire contribuaient à la présence des symptômes du MTSS et/ou en étaient la conséquence.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Le syndrome de stress tibial médial (Medial tibial stress syndrome, MTSS) est l'une des atteintes musculosquelettiques liées à la course les plus courantes avec une incidence (9,4 %) et une prévalence (9,1 %) élevées rapportées chez les coureurs (1). Comprendre les facteurs intrinsèques (et extrinsèques) modifiables qui peuvent contribuer aux symptômes du MTSS est important pour développer une stratégie de prévention et une prise en charge efficaces.

Cette étude visait à déterminer si les coureurs de fond atteints de MTSS affichaient des différences de structure et de fonction musculaires du segment jambier par rapport aux coureurs asymptomatiques appariés.

Le syndrome de stress tibial médial a une incidence (9,4 %) et une prévalence (9,1 %) élevées chez les coureurs.
bulb
La résolution des déficits de force musculaire et d'endurance des jambes est également susceptible d'être importante pour les coureurs atteints de MTSS à mesure qu'ils progressent dans leurs charges d'entraînement.

MÉTHODE

11 coureurs atteints de MTSS ont été appariés avec 11 coureurs asymptomatiques (témoins) en fonction du sexe, de l'âge, de la taille, de la masse corporelle, de la distance d'entraînement hebdomadaire et du membre dominant. Neuf participants présentaient des symptômes bilatéraux et l'analyse a donc été menée sur 20 membres symptomatiques (avec MTSS) et 20 membres témoins.

La structure musculaire du segment jambier a été quantifiée en utilisant la circonférence du segment jambier et des images échographiques mesurant la taille des muscles (épaisseur et aire de section transversale) : tibial antérieur, fibulaires, soléaire, long fléchisseur des orteils, long fléchisseur de l'hallux et gastrocnémien médial et latéral.

La fonction musculaire du segment jambier a été quantifiée par le biais de la force de contraction isométrique volontaire maximale (tibial antérieur, fibulaires, soléaire, long fléchisseur des orteils, long fléchisseur de l'hallux et gastrocnémien) à l'aide d'un dynamomètre portatif, ainsi que par la capacité d'endurance du fléchisseur plantaire de la cheville à l'aide du test de montées unipodales sur pointe de pied (single leg heel raise test).

RÉSULTATS

  • Des différences modérées à importantes ( 10-14 % ; d de Cohen = 0,46 à 0,95) de la structure musculaire et des différences importantes (12-56 % ; d de Cohen = 0,61 à 0,83) dans la fonction musculaire ont été identifiés dans les membres atteints du MTSS par rapport aux membres témoins (voir Figure 1).
  • Il a été observé une plus petite aire de section transversale du fléchisseur de l'hallux et une plus petite épaisseur du soléaire, mais une épaisseur du gastrocnémien latéral plus importante dans les membres symptomatiques du MTSS.
  • Il n'y avait pas de différence de circonférence du segment jambier [lean lower leg girth] entre les groupes.
  • Les membres symptomatiques présentaient des déficits de la capacité d'endurance du fléchisseur plantaire de la cheville et de la force de contraction isométrique volontaire maximale du long fléchisseur de l'hallux, des fibulaires, du soléaire et du tibial antérieur.

Image

LIMITES

  • En raison de l'utilisation d'une conception d'étude de type transversal, il est impossible de déterminer si les différences de structure et de fonction musculaires ont été un facteur contributif et/ou une conséquence de l'apparition d'un MTSS.
  • La petite taille de l'échantillon peut limiter la généralisabilité et le caractère probant des résultats.
  • Les données sur les membres ont été regroupées pour l'analyse (ce qui a eu pour effet de majorer la taille de l'échantillon) au lieu d'analyser les personnes (2).
  • Le tibial postérieur, muscle important du segment jambier, n'a pas été évalué.

IMPLICATIONS CLINIQUES

Des différences de structure et fonction des muscles du segment jambier ont été identifiées chez les coureurs atteints de MTSS à l'aide de méthodes fiables et reproductibles en milieu clinique. Le fait que les groupes aient été appariés selon les caractéristiques corporelles et la distance de course était une force de l'étude par rapport aux études précédentes menées dans ce domaine.

Parmi les muscles évalués, les fléchisseurs plantaires de la cheville ont démontré les plus grands changements structurels et fonctionnels chez les coureurs atteints de MTSS. Pendant la course, les fléchisseurs plantaires de la cheville fournissent un moment de force de flexion tibiale positif dans le plan sagittal pour contrer le moment de flexion tibiale négatif maximal qui se produit pendant la phase de milieu d'appui [midstance] (3,4).

Des fléchisseurs plantaires de la cheville plus petits et plus faibles, avec une endurance plus faible, peuvent compromettre la capacité à résister aux moments de flexion tibiale pendant la course. Un long fléchisseur de l'hallux et un tibial antérieur plus petits et plus faibles peuvent affecter l'atténuation des forces de réaction du sol et le contrôle de l'arche longitudinale médiale pendant la course, également avec des implications sur les contraintes tibiales. Le contrôle de l'arche longitudinale médiale (augmentation de la descente du naviculaire et de la pronation) a été identifié comme un facteur contributif au développement du MTSS (5). Si l'on y ajoute les résultats concernant les caractéristiques du long fléchisseur de l'hallux et du tibial antérieur (plus petits et plus faibles), cela suggère que le renforcement de ces muscles pourrait être un élément important de prévention et de rééducation. La résolution des déficits de force musculaire et d'endurance des jambes est également susceptible d'être importante pour les coureurs atteints de MTSS à mesure qu'ils progressent dans leurs charges d'entraînement.

Les mécanismes sous-jacents aux différences de structure et fonction des muscles des membres inférieurs chez les coureurs atteints de MTSS ne sont pas encore connus, mais il se peut que nous en sachions davantage dans quelque temps, car d'autres études prospectives semblent être en cours à cet égard (6).

+RÉFÉRENCES

Mattock J, Steele J, & Mickle K (2021) Lower leg muscle structure and function are altered in long-distance runners with medial tibial stress syndrome: a case control study. Journal of Foot and Ankle Research, 14(1), 1–47.

RÉFÉRENCES CITÉES

  1. Kakouris, N., Yener, N., & Fong, D. T. P. (2021). A systematic review of running-related musculoskeletal injuries in runners. J Sport Health Sci, 10(5), 513-522. doi:10.1016/j.jshs.2021.04.001
  2. Menz. (2005). Analysis of paired data in physical therapy research: time to stop double-dipping? The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 35(8), 477–478. https://doi.org/10.2519/jospt.2005.0108
  3. Scott, S. H., & Winter, D. A. (1990). Internal forces of chronic running injury sites. Med Sci Sports Exerc, 22(3), 357-369. doi:10.1249/00005768-199006000-00013
  4. Haris Phuah, A., Schache, A. G., Crossley, K. M., Wrigley, T. V., & Creaby, M. W. (2009). Sagittal plane bending moments acting on the lower leg during running. Gait Posture, 31(2), 218-222. doi:10.1016/j.gaitpost.
  5. Newman, P., Witchalls, J., Waddington, G., & Adams, R. (2013). Risk factors associated with medial tibial stress syndrome in runners: a systematic review and meta-analysis. Open Access J Sports Med, 4, 229-241. doi:10.2147/oajsm.s39331
  6. Mattock, J., Steele, J. R., & Mickle, K. J. (2018). A protocol to prospectively assess risk factors for medial tibial stress syndrome in distance runners. BMC Sports Sci Med Rehabil, 10, 20. doi:10.1186/s13102-018-0109-1
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo