Une cadence de course plus faible est associée à un risque plus élevé d'atteinte osseuse liée au stress mécanique : étude prospective chez des coureurs étudiants de cross-country

Une analyse de Tom Goom info

POINTS CLÉS

  1. 54 coureurs étudiants de cross-country ont été inclus dans cette étude prospective.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Les atteintes osseuses liées au stress mécanique (Bone stress injuries, BSI) présentent une triple menace pour les cliniciens : elles sont difficiles à diagnostiquer, difficiles à traiter et ont tendance à récidiver. L'identification de facteurs de risque modifiables pour ces blessures pourrait être extrêmement bénéfique pour réduire leur prévalence et leur impact. On pense que de multiples facteurs sont impliqués dans le développement des BSI, notamment la charge d'entraînement, le régime alimentaire et la disponibilité énergétique, les BSI antérieures, l'indice de masse corporelle, le stress et le sommeil (1). Cette étude visait à déterminer si la biomécanique de la course et la densité minérale osseuse étaient associées aux BSI chez les coureurs de cross-country étudiant à l'université [collegiate cross-country runners].

On pense que de multiples facteurs sont impliqués dans le développement des lésions d'atteintes osseuses liées au stress mécanique.
bulb
Une cadence inférieure est souvent observée en combinaison avec une « foulée excessive ». On pense que cela augmente la charge sur un certain nombre de tissus, notamment le tibia, le genou et la hanche.

MÉTHODE

Cette étude prospective a inclus 54 coureurs de cross-country [course en pleine nature] en bonne santé (33 femmes, 21 hommes) qui ont été suivis pendant 3 saisons consécutives. Les données ont été collectées annuellement lors de la pré-saison, et toutes

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 482 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo