La posture et le temps passé à utiliser un smartphone ne sont pas corrélés à la cervicalgie et au handicap chez les jeunes adultes : une étude transversale

Une analyse de Steve Kamper info

POINTS CLÉS

  1. Cette étude a évalué l'association transversale entre la douleur au cou et l'utilisation du smartphone chez les étudiant∙e∙s en médecine.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Les médias populaires sont très friands de l'idée que (la) l' (sur)utilisation des smartphones est responsable de toute une série de problèmes de santé. De nombreux∙ses professionnel∙le∙s de santé, impliqué∙e∙s dans le traitement des personnes souffrant de douleurs musculosquelettiques, ont adhéré à ce concept, et la croyance que l'utilisation d'un smartphone provoque des douleurs au cou est communément admise. L'utilisation de smartphones a alimenté l'idée que la posture est un contributeur important à la douleur de la colonne vertébrale en général, et la position tête en avant importante pour la douleur cervicale en particulier (1). Ces préoccupations ont frayé le chemin à l'émergence d'une industrie vendant des traitements et des appareils pour corriger la posture. L'attention portée aux effets néfastes d'une «mauvaise» posture en ce qui concerne la douleur musculosquelettique semble reposer davantage sur des bases biomécaniques théoriques (2) que sur des preuves empiriques convaincantes.

Les adolescent∙e∙s et les jeunes adultes sont perçu∙e∙s comme étant particulièrementnt exposé∙e∙s à un risque d'utilisation excessive des smartphones et donc à des conséquences potentielles, notamment à des douleurs au cou. Cette étude visait à étudier le lien entre l'utilisation du smartphone et la douleur du cou.

La croyance que l'utilisation d'un smartphone provoque des douleurs de cou est communément admise.
bulb
Il y a peu de raisons pour les clinicien∙ne∙s ou les patient∙e∙s de s'inquiéter de l'utilisation du smartphone en ce qui concerne les douleurs cervicales.

MÉTHODE

Cette étude était une enquête transversale auprès de 238 étudiant∙e∙s utilisant des smartphones inscrits à la faculté de médecine d'une université en Italie. Les chercheur∙euse∙s ont mesuré la douleur au cou (EVA) et l'incapacité (Neck Disability Index), l'âge, l'IMC, le

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo