Attitudes et pratiques des kinésithérapeutes de ville vis-à-vis de la promotion de l'activité physique : résultats d'une enquête nationale

Une analyse de Dr Mariana Wingood info

POINTS CLÉS

  1. Selon les données de l'enquête, les kinésithérapeutes de ville ne font pas régulièrement la promotion de l'activité physique.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Selon le Rapport de 2016 du Center for Disease Control, 27,5 % des adultes de plus de 50 ans et 35,3 % des adultes de plus de 75 ans ont déclaré aucune activité physique de loisirs (AP) au cours du mois précédent (1). Un pourcentage aussi élevé de niveaux d'activité insuffisants peut entraîner un risque accru de mauvaise qualité de vie, de morbidité et de mortalité (2). Le·la professionnel·le de santé clé pour aborder cette problématique est le·la kinésithérapeute (3).

Malheureusement, la plupart des recherches indiquent que même si les kinésithérapeutes comprennent leur rôle de prescripteur d'AP et verbalisent la confiance dans sa promotion et sa prescription, elle n'est pas mise en place régulièrement (4-8). Cette étude visait à identifier les pratiques actuelles de promotion de l'AP et à établir les facteurs qui influent sur la promotion de cette dernière parmi un échantillon de kinésithérapeutes américain·e·s de ville.

27,5 % des adultes de plus de 50 ans et 35,3 % des adultes de plus de 75 ans ont déclaré aucune activité physique de loisir au cours du mois précédent.
bulb
Il est recommandé que tous les kinésithérapeutes aient une méthode de dépistage des niveaux d'AP de leurs patient·e·s.

MÉTHODE

Participant·e·s : kinésithérapeutes de ville américains membres de l'Academy of Orthopedic Physical Therapy ou de l'American Physical Therapy Association (APTA) Geriatrics.

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 687 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo