Entraînement à la décélération dans les sports d'équipe : un autre « vaccin » potentiel contre les blessures liées au sport ?

Une analyse de Dr Teddy Willsey info

POINTS CLÉS

  1. L'entraînement, les tests et la surveillance utilisés dans les sports d'équipe pour quantifier les performances athlétiques, la charge de travail et l'évaluation des risques de blessures accordent une plus grande attention à l'accélération et à la course à grande vitesse qu'à la décélération.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Dans le contexte des sports d'équipe, la décélération n'a pas reçu suffisamment d'attention en tant que compétence d'entrainement, de test et de surveillance . Lorsqu'il s'agit d'évaluer les capacités athlétiques, une plus grande attention est accordée à l'accélération et à la course à grande vitesse (1). Une concentration accrue sur la technique et la capacité de décélération peut aider à améliorer les performances sportives, à surveiller les données de charge de travail et à atténuer le risque de blessure. La décélération dans ce contexte fait référence à l'action locomotrice horizontale spécifique qui précède une manœuvre de changement de direction ou implique une réduction rapide de l'élan immédiatement après un sprint.

Par rapport aux accélérations, les décélérations de haute intensité se produisent plus fréquemment dans de nombreux sports d'équipe (2). La décélération dans les sports d'équipe se produit généralement dans un environnement non planifié avec des délais et des espaces limités, laissant un minimum de temps pour anticiper le mouvement.

Le but de cet article d'opinion est de souligner l'importance potentielle de l'évaluation, de l'entraînement et de la surveillance de la capacité de décélération dans le cadre du risque de blessure et de la performance dans les sports d'équipe.

Par rapport aux accélérations, les décélérations de haute intensité se produisent plus fréquemment dans de nombreux sports d'équipe.
bulb
Le risque de blessure catastrophique pendant la décélération est bien plus grand qu'il ne l'est pendant l'accélération et lors de la course à grande vitesse.

MÉTHODE

Les auteurs présentent un article d'opinion bien documenté et approfondi, rempli de réflexions et suggestions pratiques pour les futurs domaines de recherche.

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo