Corticothérapie versus kinésithérapie pour améliorer la douleur, la mobilité et la fonction dans le traitement du conflit sous acromial de l'épaule : résumé de l’étude

Une analyse de Todd Hargrove info

POINTS CLÉS

  1. L'injection de corticostéroïdes se révèle supérieure à la kinésithérapie pour améliorer la fonction de l'épaule dans le traitement d’un conflit sous-acromial à 6-7 semaines, mais pas à 12 semaines ou plus.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Au niveau mondial, on estime à 67% le taux de personnes atteintes de douleurs d’épaule et celle-ci sont souvent dues à un conflit sous acromial. Une étude a même montré que l'épaule se rétablit complètement après six mois dans la moitié des cas seulement (1). L'injection de corticostéroïdes (ou infiltrations ou ICS) et la kinésithérapie sont deux traitements courants pour traiter les douleurs d’épaule.

Cet article résume les meilleures données comparant ces deux traitements pour la douleur, l'amplitude des mouvements (ROM, range of motion) et la fonction chez les patients souffrant d’un conflit sous-acromial (CSA) diagnostiqué.

Au niveau mondial, on estime à 67 % le taux de personnes atteintes de douleurs d’épaule et celle-ci sont souvent dues à un conflit sous acromial.
bulb
Les cliniciens doivent déterminer si le recours à une injection de corticostéroïdes pour retrouver une fonction temporairement supérieure de l'épaule à 6-7 semaines vaut les risques de ses effets secondaires connus.

MÉTHODE

  • Les auteurs ont parcouru les recherches leur permettant de rédiger une déclaration basée sur des preuves pour comparer l'efficacité de l'ICS à celle de la kinésithérapie dans le traitement de la douleur d'épaule causée par le CSA.
pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 675 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo