Effets de l'ajout d'exercices de stabilisation scapulaire à un programme de renforcement périscapulaire chez les patients souffrant d'un syndrome douloureux sous-acromial : essai randomisé contrôlé

Une analyse de Dr Jarod Hall info

POINTS CLÉS

  1. Les exercices centrés sur la scapula qui mettent l'accent sur les mouvements et la position de l'omoplate sont une approche couramment utilisée par les cliniciens en rééducation musculosquelettique.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Le syndrome douloureux sous-acromial (SAPS) est une pathologie courante de l'épaule souvent caractérisée par une faiblesse et une douleur des muscles de la coiffe des rotateurs suite à, ou empiré par, des activités répétées avec le membre supérieur au-dessus de la tête. Les déficiences physiques qui ont été associées à la SAPS incluent l'altération de la cinématique de la scapula et de la clavicule, la raideur/l'instabilité gléno-huméale, une faiblesse neuromusculaire associée à une atrophie, un mésusage/un déconditionnement, un mauvais contrôle moteur ou une mauvaise activation neuronale (1-3).

Actuellement, des preuves fortes soutiennent l'approche basée sur l'exercice pour soulager la douleur et améliorer la fonction pour les patients souffrant de SAPS. Depuis une dizaine d'années, l'évaluation clinique de la scapula et les traitements centrés sur la scapula sont d'utilisation courante dans le processus de rééducation d'une épaule douloureuse (4). Cependant, jusqu'à ce jour, seulement deux études ont testé les bénéfices de l'ajout d'exercices de stabilisation scapulaire à une intervention basée sur l'exercice chez des patients souffrant du SAPS, et ces études ont montré des résultats conflictuels (5,6).

L'objectif de cette étude était donc de déterminer l'effet de l'ajout d'exercices de stabilisation scapulaire (avec un accent sur la rétraction et la dépression de la scapula) sur un protocole de renforcement périscapulaire progressif sur le handicap, la douleur, la force musculaire, et les amplitudes chez les patients souffrant de SAPS.

Des preuves fortes soutiennent l'approche basée sur l'exercice pour soulager la douleur et améliorer la fonction pour les patients souffrant du syndrome douloureux sous-acromial.
bulb
Ces résultats suscitent un questionnement concernant la volonté courante de vouloir évaluer cliniquement la position/le mouvement de la scapula pendant des mouvements des membres supérieurs.

MÉTHODE

Cette étude est un essai randomisé contrôlé (ERC) avec un design en deux groupes parallèles. La répartition n'a pas été divulguée et les évaluateurs ainsi que les patients ont été mis en aveugle. Les individus (113 au total) souffrant du

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo