La dyskinésie scapulaire n'est pas un facteur de risque isolé d'atteinte de l'épaule chez les athlètes : revue systématique et méta-analyse

Une analyse de Dr Jarod Hall info

POINTS CLÉS

  1. Les résultats de cette revue démontrent l'hypothèse émergente selon laquelle la dyskinésie scapulaire pourrait simplement représenter le spectre d'une variation cinématique normale.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Les blessures à l'épaule représentent jusqu'à 20 % des blessures dans tous les sports de compétition. 75 % des blessures à l'épaule sont récurrentes et peuvent induire une absence prolongée dans le sport pratiqué (1). Des blessures plus graves justifiant une intervention chirurgicale peuvent entrainer une absence prolongée ou un retour partiel aux performances de compétition antérieures.

L'effet d'une blessure à l'épaule justifie une investigation sur les facteurs prédisposants qui pourraient être ciblés pour réduire le risque de blessure à l'épaule. De nombreuses études ont examiné les facteurs de risque de blessures à l'épaule chez les athlètes, tels que les changements dans la charge d'entrainement, la diminution de la force musculaire des rotateurs externes d'épaule, les déficits d'amplitudes de mouvement et la dyskinésie scapulaire (2-6). Cependant, les résultats des études précédentes sont inconstants.

Il a été suggéré qu'un minimum de 200 blessures est nécessaire pour détecter avec certitude des facteurs de risque faibles à modérés (7). Avec ce seuil à l'esprit, de nombreuses études sur les facteurs de risque de blessures à l'épaule sont susceptibles d'avoir un manque de puissance statistique. De ce fait, des synthèses secondaires utilisant des méta-analyses sont nécessaires pour fournir une puissance statistique suffisante. Le but de cette étude était de déterminer si la dyskinésie scapulaire augmente le risque de blessure d'épaule chez les athlètes.

75 % des blessures à l'épaule sont récurrentes et peuvent induire une absence prolongée dans le sport pratiqué.
bulb
Les preuves actuelles ne soutiennent pas l'utilisation d'un test de dyskinésie scapulaire dynamique isolé pour identifier les athlètes à risque de blessure d'épaule.

MÉTHODE

La conception de cette étude était une revue systématique et une méta-analyse menées conformément aux directives PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyzes) et à un protocole préenregistré de conception de l'étude. Les mots-clés de recherche ont été

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 470 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo