Relation entre kinésiophobie et reprise du sport après chirurgie de l'épaule pour instabilité antérieure récidivante

Une analyse de Jared Powell info

POINTS CLÉS

  1. Ceux qui reviennent au niveau sportif d'avant la blessure après une intervention chirurgicale pour une instabilité antérieure récurrente de l'épaule ont une fonction de l'épaule plus élevée et un niveau de kinésiophobie plus faible.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

L'instabilité antérieure récurrente de l'épaule dans une population sportive peut affecter les performances, la qualité de vie et la capacité de continuer à pratiquer un sport. S'il s'agit d'un athlète professionnel, cela représente un problème financier et identitaire potentiel que les professionnels de la santé ne doivent pas perdre de vue.

Traditionnellement, l'instabilité antérieure récurrente a été considérée comme un problème physique/structurel, le plus souvent attribué à des lésions du labrum, de la glène (1), de la tête humérale ou peut-être d'une force insuffisante de l'épaule (2) et d'un manque de proprioception (3). Cela a conduit à ce que la chirurgie de stabilisation de l'épaule soit perçue comme la méthode de référence pour prévenir les luxations récurrentes, en particulier chez les jeunes sportifs (4).

Cependant, de nombreuses personnes ne reprennent pas le sport malgré une « intervention chirurgicale réussie » (5). Pourquoi ? Il est suggéré que les construits psychosociaux, telles que la kinésiophobie, pourraient en partie constituer une explication. Par conséquent, le but de cette étude était d'analyser la relation entre la kinésiophobie et la reprise du sport après une chirurgie de stabilisation de l'épaule.

L'instabilité antérieure récurrente de l'épaule dans une population sportive peut affecter les performances, la qualité de vie et la capacité à continuer de pratiquer un sport.
bulb
Vous pourriez mettre en place la meilleure rééducation possible et le chirurgien pourrait être très satisfait de l'emplacement de ses vis, mais tout cela ne veut rien dire si la personne en question a peur de reprendre le sport.

MÉTHODE

Il s'agissait d'une étude de série de cas rétrospective. Les patients qui ont été affectés par une instabilité antérieure récurrente et qui ont subi une chirurgie de l'épaule ultérieure ont été approchés pour participer à l'étude. Les deux interventions chirurgicales

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 482 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo