Que cherchons-nous à obtenir avec l’entraînement excentrique des ischio-jambiers, un contrôle spécifique à un angle donné ou une stimulation supramaximale : ?

Une analyse de Dr Teddy Willsey info

POINTS CLÉS

  1. De nombreux·ses athlètes exécutent l’exercice Nordic Hamstring (ENH) trop rapidement et pourraient retirer un bénéfice d’une assistance périodique pour ralentir le rythme.
Tous les points clés disponibles seulement pour les membres

CONTEXTE ET OBJECTIFS

L’entraînement excentrique est reconnu comme un puissant outil pour accroître la force, l’hypertrophie et la puissance musculaires. Il joue un rôle dans presque tous les entraînements et rééducations des ischio-jambiers. Il a été démontré que la mise en œuvre régulière de l’entraînement excentrique entraîne des adaptations tendineuses et musculaires qui peuvent contribuer à réduire le risque de lésion (1). Malgré un corpus croissant de connaissances sur les lésions des ischio-jambiers, les données épidémiologiques suggèrent une augmentation continue de l’incidence et de la récurrence chez les athlètes de terrain (2).

À l’heure actuelle, les praticien·ne·s ne s’accordent pas clairement sur la méthode la plus efficace pour exécuter l’exercice Nordic Hamstring (ENH). Les études antérieures sur l’ENH utilisent généralement un poids corporel de 100 % avec un rythme excentrique d’environ trois secondes pour six à 12 répétitions par série (3). Les auteur·e·s de cet article ont cherché à examiner la manière dont les modifications de la vitesse et de l’angle du point de rupture de l’ENH affectent le moment maximal (PM), l’angle de moment maximal (APM), l’impulsion musculaire (J), la durée sous tension (TUT) et la TUT fractionnée avec une flexion du genou < 45 degrés.

Il a été démontré que la mise en œuvre régulière de l’entraînement excentrique entraîne des adaptations tendineuses et musculaires qui peuvent contribuer à réduire le risque de lésion.
bulb
Pour autant que leur intensité, leur durée sous tension et leur amplitude soient suffisantes, il a été démontré que les mouvements excentriques lents permettaient d’obtenir des mesures isocinétiques plus rapides (150°/s) du couple excentrique.

MÉTHODE

Cette étude transversale visait à déterminer si l’angle lors de l’accélération vers le bas (AAB) pouvait être utilisé comme paramètre de classification pour distinguer deux conditions d’exécution de l’ENH : en vitesse croissante (VCr) et en vitesse constante (VCo). Les

pour déverrouiller l'accès à cette analyse et 687 autres
En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo