HSR, infiltration et dry needling dans le tennis elbow

6 mins de lecture. Posté dans Prescription d'exercices
Un article de Physio Network info

Dans cet article, les auteurs ont cherché à déterminer si l’ajout à un entraînement en HSR (heavy slow resistance) d’une infiltration ou d’un dry needling pouvait améliorer les résultats chez des patients atteints d’une tendinopathie latérale de coude.

Ce que vous vous apprêtez à lire est un court extrait de l’une des analyses de notre revue Physio Network. Des spécialistes y décortiquent et analysent pour vous la recherche la plus récente et la plus pertinente dans le but d’améliorer la pratique de la kinésithérapie.

Ce que vous allez lire ci-dessous est un extrait de notre analyse.

Vous aimez ce genre d’analyse ? – Pour en savoir plus, c’est par ICI

Revenons à l’étude !

TITRE DE L’ETUDE : Couppé C et al (2022) Effects of Heavy Slow Resistance Training Combined With Corticosteroid Injections or Tendon Needling in Patients With Lateral Elbow Tendinopathy: A 3-Arm Randomized Double-Blinded Placebo-Controlled Study. Am J Sports Med

Étude analysée par Todd Hargrove dans le numéro de novembre 2022 de notre revue Physio Network


Points clés

  • Un entraînement en heavy slow resistance pour la tendinopathie latérale du coude a amélioré les résultats à court et à long terme.
  • L’ajout d’une infiltration de corticostéroïdes ou d’un dry needling des tendons à un entraînement en heavy slow resistance n’a offert aucun avantage supplémentaire.
  • L’infiltration de corticostéroïdes était associée à une plus grande invalidité par rapport à une infiltration placebo.

 

Contexte et objectifs

Des recherches antérieures ont examiné l’efficacité de plusieurs traitements potentiels, notamment les exercices en heavy slow resistance (HSR), l’infiltration de corticostéroïdes (corticosteroid injection, CSI) et le dry needling des tendons (tendon needling, TN).

Cette étude était un essai contrôlé randomisé comparant l’efficacité de trois traitements : (1) HSR avec infiltration placebo ; (2) HSR combiné avec une CSI ; et (3) HSR combiné avec un TN.

 

Méthode

  • 60 patients atteints de tendinopathie chronique unilatérale latérale du coude ont été randomisés en trois groupes :
    • HSR plus infiltration placebo de solution saline
    • HSR plus infiltration de corticostéroïdes
    • HSR plus dry needling des tendons
  • Après avoir reçu leurs interventions « à l’aiguille » respectives, chaque groupe a suivi 12 semaines d’entraînement en HSR à domicile avec des bandes élastiques. Le programme consistait en 3 exercices différents : extension, flexion et supination/pronation du poignet. Voir la vidéo pour une démonstration de ces exercices.
  • Le critère de jugement principal était la version longue du score DASH (Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand), une mesure du handicap. Les critères de jugement secondaires étaient la version abrégée du DASH, la douleur, la force de préhension sans douleur et l’hypervascularisation. Les résultats ont été évalués à 12, 26 et 52 semaines.

 

Résultats

  • Tous les groupes se sont améliorés à court et à long terme, mais il y avait peu ou pas de différence entre les groupes à tout moment.
  • Le groupe CSI a moins de vascularisation à 12 semaines, mais plus d’incapacité à un an, comme mesuré par le score DASH abrégé (voir Figure 1).

image

  • Les auteurs ont conclu que le HSR améliorait les symptômes à court et à long terme, et que la CSI ou le TN n’offraient aucun avantage supplémentaire.

 

Limites

  • Il n’y avait pas de groupe « évolution spontanée » (« wait and see« ) sans traitement. Par conséquent, on ne sait pas si les améliorations dans chaque groupe étaient dues aux traitements ou à l’histoire naturelle.
  • Le DASH peut être une mesure d’amélioration peu sensible, car la tendinopathie latérale du coude est associée à de faibles niveaux d’invalidité.

 

Implications cliniques

La tendinopathie latérale du coude est généralement spontanément résolutive, mais les symptômes peuvent durer des années chez une minorité de patients (1). La cause exacte est inconnue, mais implique probablement une altération de l’homéostasie du tendon ou un échec des processus de guérison (2). Les techniques d’imagerie peuvent montrer une augmentation de l’épaisseur du tendon ou une augmentation de l’activité Doppler (3), ce qui peut refléter une désorganisation des fibrilles de collagène, l’accumulation d’eau ou une néovascularisation (4).

La recherche a montré que la kinésithérapie et l’infiltration de corticostéroïdes apportent des avantages cliniquement significatifs par rapport à l’absence de traitement à court terme, mais pas à long terme (1,5). La thérapie par l’exercice pourrait avoir un petit avantage sur les thérapies passives (6).

Bien que l’entraînement en HSR ait fourni de bons résultats dans les tendinopathies patellaire et d’Achille, cet effet n’a pas été observé aussi clairement dans la tendinopathie latérale du coude. Cette étude a constaté que l’entraînement en HSR seul était tout aussi efficace que lorsqu’il était combiné avec la CSI et le TN. De plus, elle a constaté que la CSI était associée à une invalidité empirée à un an.

image

Vous voulez gagner du temps en évitant de vous perdre parmi la tonne d’études disponibles ?

Laissez-nous faire le gros du travail pour vous !

Chaque mois, nous résumons 12 des études les plus récentes et les plus pertinentes d’un point de vue clinique pour les kinés afin qu’ils puissent les appliquer directement dans leur pratique quotidienne.

Pour en savoir plus sur ces analyses de la littérature, cliquez ICI.

Voici les 11 autres études que nous avons analysées dans notre numéro de novembre qui vient de paraître :

  • Chirurgie vs kinésithérapie dans la rupture massive de coiffe
  • Ajout de thérapie manuelle dans l’arthrose de genou et de hanche
  • Stratégies non opératoires dans la hernie discale
  • Le knee extension prone test, test du déficit d’hyperextension du genou
  • Exercice d’adduction de Copenhague, structure musculaire et flexibilité
  • Exercices pour traiter le Whiplash
  • La prévention des blessures de cheville chez les footballers
  • La prise en charge non-traumatique du poignet au Royaume-Uni
  • Influence des exercices après une commotion cérébrale
  • Les blessures en course à pied : leur influence sur le choix de chaussures de course
  • Protocole d’entraînement pour encourager les exercices à domicile

 

📚 Restez à la pointe de la recherche en kiné !

📆 Chaque mois, notre équipe d'experts décompose les recherches cliniquement pertinentes sous forme de résumés de cinq minutes,  immédiatement applicables au cabinet.

🙏🏻 Essayez gratuitement notre revue pendant 7 jours !

preview image

N'hésitez pas à partager ce blog !

Un petit commentaire ?

Si vous avez une question, une suggestion ou un lien vers une recherche similaire, partagez-la ci-dessous !

Vous devez être connecté pour ajouter ou 'aimer' un commentaire.

Vous voulez savoir quand nous publions des nouveaux blogs ?

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant!

En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo