Comment adapter le renforcement musculaire pour les personnes âgées

10 mins de lecture. Posté dans Autre
Un article de Dr Jahan Shiekhy info

Avec une population vieillissante, nous, kinésithérapeutes, prenons en soin de plus en plus de personnes âgées. Cependant, une erreur fréquente avec ces patients est que nous ne mettons pas suffisamment de charge, particulièrement en termes de renforcement musculaire. Ceci est devenu si répandu que la campagne « ChoosingWisely » de l’American Physical Therapy Association recommande « Prescrivez aux personnes âgées des programmes de renforcement musculaire avec suffisamment de charge » (1). Dans cet article, nous verrons pourquoi une charge appropriée est importante, pourquoi de nombreux kinés ne mettent pas suffisamment de charge à leurs patients et comment adapter correctement les exercices de renforcement musculaire. Si vous souhaitez en apprendre plus sur la conception de programmes pour les personnes âgées, consultez la masterclasse de la Dre Mariana Wingood ici (en anglais uniquement).

image

 

Pourquoi le bon dosage du renforcement musculaire est-il important ?

Avec l’âge, il y a une perte de force et de puissance musculaire, ce qui peut entraîner une diminution de la fonction et un risque accru de chute. On estime qu’après 60 ans, il y a une perte de 3,6 % de la force musculaire chaque année (2). Sur le plan fonctionnel, cela signifie que les personnes âgées nécessitent beaucoup plus d’efforts pour effectuer les tâches quotidiennes.

Par exemple, la recherche montre que pour se lever d’une chaise, un jeune travaille à 42 % d’effort relatif tandis qu’une personne âgée travaille à 80 % d’effort relatif (3). Heureusement, avec le renforcement musculaire (et d’autres formes d’exercices comme l’équilibre et l’entrainement cardiovasculaire), nous pouvons augmenter cette capacité afin que les personnes âgées puissent faire plus d’activités et vivre mieux.

Si le renforcement musculaire est si important pour les personnes âgées, cela soulève la question…

 

Pourquoi les kinésithérapeutes n’adaptent-ils pas correctement le renforcement musculaire pour les personnes âgées ?

Souvent, les kinésithérapeutes n’adaptent pas correctement le renforcement musculaire parce que :

  • Nous ne voulons pas blesser les personnes âgées

Il existe une préoccupation louable concernant le risque de blessure chez les personnes âgées. Beaucoup d’entre elles ont des antécédents médicaux complexes, des pathologies musculo-squelettiques telles que l’arthrose ou l’ostéoporose, une diminution de l’élasticité des tissus et une diminution de la capacité de récupération. Cependant, la recherche montre que les personnes âgées peuvent réaliser un renforcement musculaire en toute sécurité et en retirer un bénéfice. Par exemple, dans une étude où l’âge moyen des participants était de 90 ans, les sujets ont effectué des exercices de renforcement musculaire à une intensité de 80 % 1-Rep Max (% 1RM). Les participants n’ont subi aucune blessure et ont connu des gains de force allant jusqu’à 174 % par rapport à leur niveau de référence (4).

  • Nous ne voulons pas risquer de provoquer des événements cardiaques indésirables chez les personnes âgées

Tout bon kinésithérapeute qui fait une anamnèse remarquera que les personnes âgées ont tendance à avoir des antécédents médicaux plus complexes que les plus jeunes. Cependant, notre expertise consiste à concevoir des programmes spécifiques aux patients complexes. Quelle que soit sa pathologie, votre patient peut faire de l’exercice à une intensité relativement élevée. La surveillance des signes vitaux, des symptômes du patient et l’utilisation d’échelles telles qu’une échelle de perception de l’effort sont cruciales. Pour plus de détails sur les modalités d’exercices en toute sécurité, consultez la masterclasse « Exercise Prescription in AgingAdults » par la Dre Mariana Wingood ici (en anglais uniquement).

  • Nous pensons que les personnes âgées n’ont pas besoin d’exercice intensif

Nous supposons souvent que les exercices de haute intensité sont réservés aux jeunes athlètes, tandis que les personnes âgées devraient faire des exercices « doux ». Malheureusement, cela n’aide pas les personnes âgées à effectuer des activités de la vie quotidienne ou à pratiquer leurs loisirs ou du sport. Comme nous l’avons vu précédemment, des tâches comme s’asseoir et se relever peuvent devenir assez difficiles, nous devons donc mettre suffisamment de charge à nos patients pour qu’ils vivent plus confortablement et soient moins restreints dans leurs activités. Notre travail consiste à les éduquer sur les avantages de l’exercice et à les aider à trouver un mode d’exercice qui correspond spécifiquement à leur situation.

image

 

Comment adapter correctement le renforcement musculaire

Voici trois outils pratiques pour adapter le renforcement musculaire de vos patients âgés :

  1. Choisissez une intensité suffisante pour le renforcement

Pour améliorer la force, nous devons nous entrainer dans la plage d’intensité de 60 à 85 % de 1RM, avec des intensités plus élevées entrainant des gains de force plus importants. Une intensité de 60 % représente le minimum pour devenir plus fort, tandis que la plage de 70 à 85 % est optimale pour les adaptations en force (2).

Maintenant, nous pouvons tester les pourcentages de 1RM, mais cela peut être très fastidieux lors de l’exécution d’une variété d’exercices (par exemple, évaluer le pourcentage de 1RM pour la presse, une fente, un développé couché, un tirage latéral, etc.). De plus, la force fluctue en fonction de divers facteurs, tels que la fatigue du patient. Enfin, les patients deviendront plus forts au fil du temps (avec des améliorations rapides au cours des premières semaines d’entrainement), de sorte que le pourcentage de 1RM d’origine ne correspondra pas toujours aux capacités du patient pour une session donnée. À moins que votre patient ne soit un haltérophile, un test complet de 1RM n’est pas nécessaire.

Au lieu de cela, nous pouvons utiliser une plage de répétitions cible et une échelle de perception de l’effort pour atteindre cette intensité. Essayez de travailler entre 6 et 15 répétitions (2). Les charges qui peuvent être portées pendant 6 répétitions sont d’environ 85 % de 1RM et les charges qui peuvent être portées pendant 15 répétitions sont d’environ 60 % de 1RM. Je recommanderais aux patients de commencer avec des séries de 15 répétitions et sur plusieurs semaines de travailler jusqu’à des séries de 6 répétitions ou moins, si cela est approprié et toléré. Cependant, il n’est pas utile d’augmenter le nombre de séries jusqu’à l’échec absolu. Au lieu de cela, nous utiliserons une échelle de perception de l’effort pour s’assurer que nous travaillons dans cette plage de 60 à 85 % de 1RM.

  1. Utiliser une échelle de perception de l’effort pour choisir et surveiller l’intensité

La mesure de perception de l’effort est une mesure de l’intensité de l’exercice développée à l’origine pour les exercices cardiovasculaires, qui a depuis été validée pour les exercices de résistance. Il existe plusieurs échelles valides pour mesurer la perception de l’effort. Ici, nous utiliserons l’échelle d’exercice de résistance OMNI (OMNI-RES), qui a été validée pour une utilisation chez les personnes âgées (5). Voir la figure ci-dessous avec l’échelle et les descriptions de chaque niveau.

image

Figure 1. Adapté de Gearhart et al, 2009

 

D’abord, expliquez-leur l’échelle et montrez-leur une version imprimée de l’OMNI-RES. Ensuite, pour évaluer la perception de l’effort, demandez simplement au patient d’évaluer son niveau d’effort à la fin de la série. Sachez que la perception de l’effort pour les charges légères et lourdes peut être la même selon que le patient se rapproche de l’échec musculaire. La recherche montre que les charges de 30 % de 1RM et 80 % de 1RM avaient un niveau similaire de perception de l’effort lorsque les séries étaient menées jusqu’à l’échec musculaire absolu (6).

Comme mentionné précédemment, souvent nous ne voulons pas pousser jusqu’à l’échec. Nous devrions travailler jusqu’à une perception de l’effort de 6-8 (« un peu dur » à « dur ») dans cette plage de 6-15 répétitions, pour nous assurer que nous mettons suffisamment de charge à nos patients pour les rendre plus forts.

Certains peuvent commencer par des séries de plus de 15 répétitions et des intensités inférieures à 6 en perception de l’effort et c’est très bien. Cependant, si cela est approprié et toléré, ils doivent progresser dans la plage de 6 à 15 répétitions avec des perceptions de l’effort de 6 à 8 pour atteindre l’intensité de 60 à 85 % de 1RM qui est optimale pour le renforcement.

  1. Évaluer les adaptations en force au fil du temps

image

Au fil du temps, on remarque qu’une adaptation au renforcement musculaire est la capacité d’effectuer plus facilement une combinaison répétitions/charge donnée. Ensuite, parce que le patient est devenu plus fort, les répétitions/la charge pour un exercice peuvent être augmentées.

Par exemple, un patient effectue 10 répétitions sur le développé couché avec 29,5 kg avec une perception de l’effort à 7. En quelques sessions, le patient effectue exactement la même combinaison répétitions/charge, mais évalue son effort à 6. L’exercice avec la même combinaison répétitions/charge (29,5 kg pour 10 répétitions) est devenu plus facile (c’est-à-dire une diminution de la perception de l’effort), ce qui signifie que le patient est devenu plus fort. Comme le patient est devenu plus fort, il serait approprié d’augmenter la charge de 2,5 à 10 %, pour s’adapter au niveau de forme physique accru du patient et continuer à améliorer sa force.

Cependant, s’ils effectuent une combinaison répétitions/charge donnée pendant plusieurs semaines et que la perception de l’effort augmente (c’est-à-dire que l’exercice semble plus difficile) ou reste le même, cela pourrait signifier que le patient ne devient PAS plus fort sur cet exercice. Dans ce cas, il est peut-être temps de revoir le programme de renforcement musculaire et/ou d’investiguer d’autres facteurs comme la récupération et l’état nutritionnel.

Cela nécessite un certain jugement sur la rapidité avec laquelle les progrès devraient être constatés. Cependant, au fur et à mesure, le patient devrait être capable d’effectuer plus de répétitions avec des charges plus lourdes, avec un niveau d’effort similaire.

En plus de mesurer les adaptations de la force à des exercices spécifiques, nous devrions également utiliser des évaluations fonctionnelles telles que le Biceps Curl Test, le Heel-Raised Test et le sit-to-stand.

Conclusion

Le renforcement musculaire est vital pour les personnes âgées et doit être correctement adapté. Pour ce faire, vous avez maintenant trois outils :

  • Plage d’intensité idéale : 70 à 85 % de 1RM, avec une plage de 6 à 15 répétitions
  • Moniteur d’intensité : mesure de l’effort perçu, visez une note de 6 à 8 (« un peu difficile » à « difficile »)
  • Mesure des adaptations de la force : réponse du patient aux exercices individuels et évaluations de la force fonctionnelle

Pour plus d’informations sur la conception de programmes d’exercices pour les personnes âgées, consultez la masterclasse « Prescription d’exercices pour les personnes âgées » de la Dre Mariana Wingood ici (en anglais uniquement).

📚 Restez à la pointe de la recherche en kiné !

📆 Chaque mois, notre équipe d'experts décompose les recherches cliniquement pertinentes sous forme de résumés de cinq minutes,  immédiatement applicables au cabinet.

🙏🏻 Essayez gratuitement notre revue pendant 7 jours !

preview image

Références

N'hésitez pas à partager ce blog !

Un petit commentaire ?

Si vous avez une question, une suggestion ou un lien vers une recherche similaire, partagez-la ci-dessous !

Vous devez être connecté pour ajouter ou 'aimer' un commentaire.

Vous voulez savoir quand nous publions des nouveaux blogs ?

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant!

En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo