Loading the Elevenlabs Text to Speech AudioNative Player...

Les choses à faire et à ne pas faire pour rééduquer un tendon

8 mins de lecture. Posté dans Autre
Un article de Zenia Wood info

D’abord la tendinite, puis la tendinose, maintenant la tendinopathie…

L’excentrique était la chose à faire, puis l’isométrie, maintenant… ?

Avec des recherches contradictoires, il semble que la seule chose que nous savons avec certitude est que la tendinopathie est difficile à traiter.

Pour simplifier ce qui peut sembler être un sujet incroyablement complexe, dans ce blog, nous vous présenterons les 6 règles pour réussir à rééduquer toute tendinopathie.

 

RÈGLE n °1 – NE PAS s’arrêter complètement

Le repos n’est pas toujours la meilleure option – surtout quand il s’agit de tendinopathies (1).

C’est pourquoi la première étape d’une rééducation de tendinopathie réussie doit être de déterminer si le patient est surchargé ou sous-chargé. La réponse aux questions suivantes devrait dicter votre plan de traitement initial :

Pouvons-nous commencer à le charger immédiatement ?

OU

A-t-il besoin d’un repos relatif ?

(Notez que le repos relatif, et non le repos absolu, a été mentionné car le repos relatif est une stratégie beaucoup plus efficace pour accélérer la guérison de la tendinopathie.)

Le plus souvent, les patients cherchent un traitement pour la douleur liée au tendon au milieu d’une poussée. Cela signifie que la réduction de la charge est importante, mais seulement dans les étapes initiales. Nous ne pouvons pas cesser complètement de charger pendant de longues périodes, ou nous risquons de sous-charger le tendon (1).

L’objectif est simplement de réduire l’aggravation résultant de la poussée, tout en revenant à une exposition graduelle tolérable. Cela permet au tendon de s’adapter aux charges et de récupérer de manière adéquate.

Rappelez-vous : le repos N’AMÉLIORE PAS les tendons à long terme.

 

RÈGLE n °2 CHARGEZ progressivement le tendon

La tendinopathie est connue comme un échec d’adaptation en réaction à une surcharge.

Par conséquent, pour modifier la réponse à la charge du tendon, nous devons le renforcer par une surcharge progressive. Pour surcharger progressivement (mais pas excessivement) un tendon, nous devons réfléchir à la façon de manipuler la charge.

Les 3 variables clés (telles que discutées dans la Masterclass du Dr Seth O’Neill (En anglais)) sont :

  1. L’intensité
  2. Le volume
  3. La fréquence

Pour choisir par où commencer, il est utile de regarder la recherche. La majorité des preuves suggèrent que l’entraînement en charge lourde à vitesse lente (HSR) est la meilleure stratégie pour la rééducation des tendons (2). L’efficacité du HSR est probable, au moins en partie, en raison de la charge physique élevée mais de la charge d’impact minimale appliquée au tendon.

Comparé à la charge isométrique, le HSR a démontré de meilleurs résultats pour les patients (2). Cependant, la charge excentrique a également beaucoup de preuves suggérant des avantages par rapport à l’entraînement traditionnel concentrique et excentrique (3). Compte tenu de ces deux éléments et du fait que les études HSR et excentriques ont utilisé des stratégies de charges lourdes (> 75 %), il est donc important de s’assurer que la résistance est lourde.

Au fur et à mesure que la guérison des tendons progresse, nous devons continuer à les charger pour faire face à de plus grandes demandes. Comme proposé dans cette Masterclass (En anglais) par le Dr Seth O’Neill, pour surcharger progressivement un tendon efficacement, le parcours de rééducation devrait ressembler à quelque chose comme ceci :

image

N’oubliez pas : les tendons ADORENT la charge !

 

RÈGLE n °3 – NE PAS complètement éviter la douleur

La douleur ne doit pas être complètement évitée lorsqu’il s’agit de rééducation des tendons. Éviter la douleur entraîne souvent une sous-charge du tendon et peut retarder ou empêcher sa guérison complète. L’échelle de modification de la douleur (et de l’activité) est une excellente représentation visuelle, souvent utilisée dans la pratique, pour aider les patients à comprendre ce qu’est la douleur et ce qui ne va pas (1).

image

 

Pour résumer ce diagramme, nous voulons idéalement rester en dessous de 4 pour continuer à nous entraîner à la même intensité. Un 4 à 5 (ou parfois 6) implique de « procéder avec prudence », ou réduire, mais ne pas cesser, l’exercice reste recommandé. Tout ce qui est au-dessus d’un 6 est de la surcharge et l’exercice doit être arrêté. De plus, il est recommandé que la douleur n’augmente pas pendant ou dans les 48 heures suivant l’exercice de plus de 2 points, par rapport au niveau de douleur pré-exercice (1).

Permettre aux patients de surveiller leur propre niveau de douleur et de s’adapter en conséquence est impératif pour qu’ils puissent identifier eux-mêmes si leur séance d’entraînement était trop, trop peu ou juste adaptée. Ne pas le faire mène à des tendons mal rééduqués.

Nous savons également que la kinésiophobie est souvent le résultat du fait que le patient ne comprend pas sa douleur. En conséquence, la gestion réussie de la douleur tendineuse doit inclure une éducation à propos du fait que la douleur n’équivaut pas toujours à une pathologie, à une capacité fonctionnelle ou au succès de la réadaptation de leur tendon (4).

Rappelez-vous : un peu de douleur est tolérable pendant la rééducation du tendon.

image

 

RÈGLE n °4 –  Fixez des délais réalistes

La guérison des tendons prend du temps et des efforts ciblés. La recherche nous dit que les tendinopathies ont besoin d’un minimum de 12 semaines de charge continue pour montrer une guérison suffisante. Par conséquent, il est important que nous encouragions la poursuite d’une rééducation progressive. Lorsque la réadaptation est incohérente et/ou non progressive, il est peu probable que la cicatrisation des tendons se produise.

Bien que les patients aiment les délais, il est important de s’assurer qu’ils ne se basent pas que là-dessus. La capacité fonctionnelle et les améliorations du tendon dépendent de la réponse de guérison du tendon et de la réponse à la charge réelle du tendon, et non de délais arbitraires. Les indicateurs de progrès et la cohérence doivent être soulignés, tandis que l’éducation sur la façon dont les modifications de charge peuvent avoir une incidence sur les délais de rééducation doit être discutée.

Rappelez-vous : la guérison des tendons prend du temps.

 

RÈGLE n °5 –  Utilisez l’isométrie avant l’exercice (si elle soulage la douleur)

Le travail en isométrie était l’outil de référence de la rééducation des tendons (ouch, je l’ai même pratiqué il y a 15 ans quand on m’a diagnostiqué une tendinopathie rotulienne à l’adolescence).

Cependant, de nouvelles recherches ont identifié que l’isométrie n’est que parfois bénéfique pour le soulagement temporaire de la douleur, avec une mise en garde. Les exercices doivent être effectués avec au moins 80 % de Contraction Volontaire Max (MVC) pour être efficaces (5). Malheureusement, le plus souvent, les patients sont chroniquement sous-chargés en isométrie.

L’isométrie n’aide pas tout le monde. Cela étant dit, il peut être utile de l’évaluer. Même à 80 % de MVC, elle a un impact très faible, et si elle peut fournir un soulagement temporaire de la douleur pour les patients, c’est au moins une excellente stratégie de participation (5).

Commencez par prescrire l’isométrie dans le cadre de leurs exercices de « préhab » (5 x 45 s avec 2 min de repos est ce que la littérature indique – cependant, de manière anecdotique, je trouve que 3 séries peuvent souvent minimiser la douleur tout en étant plus économe en temps) (5). Cela permet aux patients qui bénéficient de l’isométrie d’avoir une méthode pour réduire leur inconfort en séance. Cela peut être fait dans les dernières étapes de la rééducation et est un excellent moyen de continuer à maintenir un niveau de charge du tendon cohérente.

Rappelez-vous : l’isométrie n’est que parfois efficace.

 

RÈGLE n °6 – NE PAS comprimer ou étirer le tendon

Les tendons sains sont également des tendons raides (et non extensibles). Lorsque nous les étirons inutilement, nous réduisons leur capacité à transmettre des forces, ce qui est l’un de leurs rôles principaux. Les tendons irritables détestent donc les forces de compression. Cela signifie que nous devrions éviter les positions qui provoquent l’étirement ou la tension du tendon (1).

image

 

Demandez-vous ceci :

Dans quelles positions le tendon est-il étiré et comprimé ?

Par exemple, avec le tendon d’Achille, il est étiré lorsque nous sommes en dorsiflexion et souvent comprimé avec des chaussures hautes s’appuyant sur la partie inférieure du mollet par pression directe. Cela signifie également qu’un massage, ou l’application d’une pression directe sur un tendon sensible, est à éviter.

Rappelez-vous : les tendons DÉTESTENT la compression !

 

Conclusion

Bien qu’il soit à noter qu’il existe des différences entre les tendinopathies en rééducation, ces 6 règles peuvent être appliquées à tous les tendons pour accélérer le succès de votre rééducation !

Si vous avez trouvé cela utile et que vous voulez en savoir plus sur les applications pratiques du traitement de la tendinopathie, alors consultez cette Masterclass (En anglais) du Dr Seth O’Neill.

📚 Restez à la pointe de la recherche en kiné !

Chaque mois, notre équipe d'experts décompose les recherches cliniquement pertinentes sous forme de résumés de cinq minutes,  immédiatement applicables au cabinet.

Essayez gratuitement notre revue pendant 7 jours !

preview image

Références

N'hésitez pas à partager ce blog !

Un petit commentaire ?

Si vous avez une question, une suggestion ou un lien vers une recherche similaire, partagez-la ci-dessous !

Vous devez être connecté pour ajouter ou 'aimer' un commentaire.

Vous voulez savoir quand nous publions des nouveaux blogs ?

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant!

En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo