6 mins de lecture. Posté dans Genou

Syndrome de l’ITB – Une revue des preuves

Un article de Tom Goom

Une étude récente avait pour but d’explorer les preuves autour de syndrome de la bandelette ilio-tibiale en termes de pathologie et de prise en charge.

Ce que vous vous apprêtez à lire est un court extrait de l’une des analyses de notre revue Physio Network (mai 2021). Des spécialistes y décortiquent et analysent pour vous la recherche la plus récente et la plus pertinente dans le but d’améliorer la pratique de la kinésithérapie.

Ce que vous allez lire ci-dessous est un extrait de notre analyse.

Vous aimez ce genre d’analyse ? – Pour en savoir plus, c’est par ICI


Revenons à nos moutons !


STUDY TITLE: Iliotibial band pathology: synthesizing the available evidence for clinical progress – Geisler P (2020)

Étude analysée par Tom Goom dans le numéro de mai 2021 de Physio Network


Points clés de l’étude

  • On pense que le syndrome de la bandelette iliotibiale est une pathologie de compression de structures sensibles plutôt qu’une pathologie de frottement.
  • L’ITB ne peut pas être étiré et le traitement ne doit donc pas se concentrer sur l’étirement.
  • On pense que la force et le contrôle de la hanche sont des éléments clés de la prise en charge.


Contexte et objectifs

On pense que le syndrome de la bandelette iliotibiale (Iliotibial band syndrome, ITBS) est la cause la plus fréquente de douleur latérale du genou, et pourtant c’est une pathologie mal comprise et très insuffisamment étudiée ! Cette revue narrative a cherché à examiner la littérature pour donner un aperçu des réflexions actuelles sur la pathologie et la prise en charge.


Pathologie

Pendant un certain temps, l’ITBS a été considéré comme un “syndrome de friction”, la bandelette iliotibiale (Iliotibial Band, ITB) pouvant provoquer des frottements sur les structures situées en dessous, entraînant des douleurs. La pathologie de l’ITB est en fait plus susceptible d’impliquer une compression de structures sensibles sous l’ITB plutôt que des frottements. Cette distinction est importante, car elle a influencé le traitement qui visait à étirer l’ITB (pour réduire la friction) et les infiltrations de corticostéroïdes pour réduire l’inflammation (par exemple dans la bourse).


Vous ne pouvez pas étirer l’ITB !

L’ITB est une structure solide et complexe avec de multiples insertions le long du fémur et distalement autour du genou. Elle assure la stabilité des articulations de la hanche et du genou et on pense qu’elle stocke et libère de l’énergie comme un ressort. La pensée actuelle est que a) vous ne pouvez pas l’étirer ; et b) que c’est de toute façon inutile !


Options de rééducation

On pense que la perte de force et de contrôle autour de la hanche est la clé du développement de l’ITBS, en particulier la faiblesse de l’abduction et de la rotation externe de hanche, et l’augmentation de l’adduction de hanche pendant la mise en charge (par exemple pendant la course). Les erreurs d’entrainement sont considérées comme un facteur dans plus de 60 % de cas.

Le traitement doit viser d’abord à calmer les symptômes, puis à traiter les facteurs causaux. L’auteur propose un programme progressif à 3 niveaux  :

  • Niveau 1 – Exercices à faible charge, principalement en chaine ouverte (comme des abductions en DL, des rotations externes en DL et le renforcement de l’extension de la hanche, par exemple par des ponts fessiers)
  • Niveau 2 – Charge modérée, exercices en chaine fermée (comme les mini-squats, des fentes et des montées sur steps
  • Niveau 3 – Exercices à charge plus élevée, notamment une préparation aux impacts et au sport (comme le goblet squat, les squats sur une jambe et la pliométrie)


Limites

Les revues narratives peuvent fournir un aperçu utile de la pensée actuelle, mais nous devons reconnaître qu’il y a un manque d’essais cliniques de bonne qualité démontrant l’efficacité des approches recommandées.

Implications cliniques

Cet article aide à développer notre compréhension de la pathologie et des options de traitement pour l’ITBS et peut remettre en question les approches courantes telles que les étirements et les massages. Les principes de la rééducation progressive et le traitement des causes potentielles doivent être adaptés aux besoins individuels.

Chez les patient·e·s présentant une adduction excessive de la hanche pendant la course ou une largeur de foulée très étroite, nous pouvons nous concentrer davantage sur le réentrainement de la course à l’aide de corrections verbales et tactiles. Notre traitement doit également inclure un retour progressif aux activités cibles en fonction des symptômes. Au départ, nous pouvons avoir besoin de réduire ou de modifier les types d’entrainement qui provoquent les symptômes tels que la course en descente ou des durées de course plus longues avant de les réintroduire progressivement lorsque les symptômes le permettent.

Une grande partie de la littérature se concentre sur les problèmes biomécaniques menant à une surcharge de l’ITB, mais les facteurs psychosociaux doivent également être pris en compte, en particulier les croyances sur la blessure et la douleur.

Voici à quoi ressemble cette analyse dans notre numéro de mai.


Vous voulez gagner du temps et éviter d’avoir à rechercher les études pertinentes parmi la tonne disponible ?

Laissez-nous faire le gros du travail !

Chaque mois, nous résumons 12 des études les plus récentes et cliniquement pertinentes en kinésithérapie, afin qu’elles soient pertinentes pour votre pratique.

Voici les 11 autres thèmes de notre numéro de mai, tout juste publié :

  • Renforcement vs étirement pour le gain d’amplitude
  • Douleur selon la morphologie de la hanche chez le footballeur
  • Épaule gelée, état des lieux
  • Cervicalgie et proprioception
  • Neurodynamique dans le syndrome du canal carpien
  • Tests de mobilité segmentaire dans la lombalgie
  • Programmes d’exercices chez la personne âgée : revue systématique
  • Prévention des blessures aux ischio-jambiers
  • Une nouvelle définition de la douleur
  • Inconfort dans l’entrainement par restriction du flux sanguin
  • La lombalgie de l’athlète

Vous avez du mal à rester à jour ?

Pas de problème ! Notre équipe d'experts vous propose tous les mois des analyses & résumés de la littérature scientifique pour vous aider – essayez GRATUITEMENT pendant 7 jours !

En savoir plus
Tom Goom
Physiotherapist

Mon classement

N'hésitez pas à partager ce blog !

Un petit commentaire ?

Si vous avez une question, une suggestion ou un lien vers une recherche similaire, partagez-la ci-dessous !

De l'info en continu pour votre pratique

directement dans votre boite mail