La thérapie manuelle, est-elle toujours un traitement passif ?

6 mins de lecture. Posté dans Autre
Un article de Physio Network info

Dans un article d’opinion, les auteurs ont cherché à discuter de l’utilisation et de la valeur de la thérapie manuelle, et à savoir si elle peut vraiment être classée comme « passive » compte tenu de la façon dont elle est utilisée dans le cadre clinique.

Ce que vous vous apprêtez à lire est un court extrait de l’une des analyses de notre revue Physio Network. Des spécialistes y décortiquent et analysent pour vous la recherche la plus récente et la plus pertinente dans le but d’améliorer la pratique de la kinésithérapie.

Ce que vous allez lire ci-dessous est un extrait de notre analyse.

Vous aimez ce genre d’analyse ? – Pour en savoir plus, c’est par ICI

 

Revenons à l’étude !

 

TITRE DE L’ETUDE : Manual therapy: always a passive treatment? – Rhon and Deyle (2021)

Étude analysée par Robin Kerr dans le numéro de novembre 2021 de notre revue Physio Network

 

Points clés de l’étude

  • Les stratégies passives et actives peuvent former en synergie un modèle de traitement multimodal.
  • La séparation dans la recherche entre thérapie manuelle et exercice ne reflète pas la réalité clinique du terrain.

 

Contexte et objectifs

La pratique de la thérapie manuelle (TM) clive les kinésithérapeutes, les opposants affirmant que les thérapies passives sont des soins coûteux et de faible valeur. Les auteurs de cet article d’opinion contestent cette perspective ; elle est « superficielle et trop simpliste ».

Dans le contexte de l’utilisation habituelle de la TM dans le cadre clinique, ils proposent que la thérapie manuelle soit un modèle de prise en charge multi-éléments intégré, actif et passif fondé sur le raisonnement clinique.

 

Définition d’« intervention passive » et de « thérapie manuelle de bonne qualité »

La définition de la thérapie manuelle fluctue et prête à confusion. Dans le contexte de la kinésithérapie clinique, le terme « passif » décrit les traitements utilisant certaines modalités (par exemple, les ultrasons, la stimulation électrique) et certaines formes de TM non interactive. C’est cette nature passive qui pointe vers des soins de faible valeur.

Les auteurs soutiennent que la TM de bonne qualité comprend une participation active du patient pour « renforcer, utiliser et perpétuer tout changement de symptômes ou de mouvement résultant du traitement hands-on [avec l’utilisation du contact des mains] ».

 

Implications pour la synthèse des résultats de la recherche et leur application

Dans de nombreuses revues systématiques, les composantes actives et passives de la thérapie manuelle sont souvent séparées pour tenter d’évaluer les effets isolés de la thérapie manuelle. Les auteurs soutiennent que dans la pratique clinique, les thérapeutes utilisent principalement une combinaison de thérapie manuelle avec d’autres composantes telles que l’exercice. Cette séparation dans les revues systématiques exclut de fait cette synergie essentielle dans la pratique réelle de la thérapie manuelle et soulève surtout des inquiétudes quant au risque de biais des résultats des méta-analyses.

 

Les messages ambigus affectent la pratique sur le terrain

Une étude récente sur l’arthrose du genou dans laquelle la TM a été intégrée avec succès met en évidence le défi pour les cliniciens. Juste avant la publication de cette étude, l’American College of Rheumatology a publié des recommandations pour la prise en charge de l’arthrose du genou dans lesquelles ils déconseillaient l’utilisation de la thérapie manuelle. Dans cet article récent, l’exercice a été utilisé en combinaison avec la thérapie manuelle, soulignant l’application cliniquement raisonnée et synergique des stratégies actives et passives (c’est-à-dire l’exercice et la mobilisation des articulations/des tissus mous).

Du point de vue de cette étude, les deux ne peuvent pas être séparés – l’objectif étant que la thérapie manuelle améliore la qualité et la performance de l’exercice/du mouvement.

 

image

Implications cliniques

Le débat sur la thérapie manuelle peut générer une dissonance significative pour le clinicien expérimenté et à jour. Il ressort clairement des recherches sur la douleur que la thérapie manuelle a une petite taille d’effet lorsqu’elle est utilisée de manière isolée (comme d’autres modalités telles que l’exercice), si bien que tout clinicien pratiquant une thérapie manuelle purement passive a besoin d’une mise à jour urgente.

Heureusement, dans la pratique clinique quotidienne, la thérapie manuelle est rarement utilisée de manière isolée, la plupart des kinésithérapeutes employant des stratégies actives et passives au cours d’une séance de traitement. Il est intéressant de se demander si l’abandon de l’utilisation de toute thérapie manuelle ne serait pas en réalité un pas en arrière. Les auteurs de cet article promeuvent un modèle multimodal impliquant des stratégies passives et actives synergiques, et la recherche soutient que la thérapie manuelle est efficace lorsqu’elle est utilisée de cette manière.

 

image

Voici à quoi ressemble cette analyse dans notre numéro de novembre.

 

Vous voulez gagner du temps et éviter d’avoir à rechercher les études pertinentes parmi la tonne disponible ?

Laissez-nous faire le gros du travail !

Chaque mois, nous résumons 12 des études les plus récentes et cliniquement pertinentes en kinésithérapie, afin qu’elles soient pertinentes pour votre pratique.

Pour en savoir plus sur notre revue, c’est par ICI

Voici les 11 autres études que nous avons analysées dans notre numéro de novembre qui vient de paraitre :

  • Précision diagnostic des tests neurodynamiques
  • Efficacité de l’exercice dans la douleur fémoro-patellaire
  • Heavy resistance training après séquelle d’atteinte musculaire
  • Lien entre morphologie de la hanche et coxarthrose
  • Caractéristiques des fractures-luxations carpo-métacarpiennes
  • Obstacles et facilitateurs dans la douleur MSK chronique
  • Comment sont mis en place les programmes de prévention des blessures
  • Précision diagnostic d’un cluster sacro-iliaque
  • Kinésiophobie et reprise du sport après chirurgie d’instabilité
  • Effets de l’exercice avec élastiques chez les personnes âgées
  • Des chirurgies électives peu efficaces ?

 

Vous avez du mal à rester à jour ?

Pas de problème ! Notre équipe d'experts vous propose tous les mois des analyses & résumés de la littérature scientifique pour vous aider – essayez GRATUITEMENT pendant 7 jours !

preview image

N'hésitez pas à partager ce blog !

Un petit commentaire ?

Si vous avez une question, une suggestion ou un lien vers une recherche similaire, partagez-la ci-dessous !

You must be logged in to post or like a comment.

De l'info en continu pour votre pratique

In your inbox. Every week.

En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo