Maîtrisez pleinement votre évaluation clinique du coude

10 mins de lecture. Posté dans Coude
Un article de Ashish Dev Gera info

Vous vous êtes sûrement déjà retrouvés face à un patient présentant une douleur persistante de coude, cherchant désespérément une solution. Vous avez tenté d’innombrables solutions, mais la situation reste inchangée, vous laissant dans le besoin désespéré d’acquérir les compétences d’évaluation nécessaires afin de résoudre ce mystère et d’offrir les meilleurs soins possibles. Si vous avez déjà vécu cette frustration, vous n’êtes pas seuls. Les lésions du coude peuvent paraître très simples, mais les diagnostics différentiels sous-jacents peuvent représenter un labyrinthe de complexité.

Mais pas de panique ! Dans ce blog, basé sur le cours pratique du Dr Leanne Bisset sur l’évaluation des douleurs du coude (où vous pouvez regarder une heure de vidéo vous montrant exactement comment elle évalue le coude), je décrirai une approche approfondie de l’évaluation des douleurs du coude et de la planification des séances de kinésithérapie en conséquence. Ce blog vous permettra également de mieux comprendre l’anatomie de l’articulation du coude et vous donnera un aperçu des différents types de pathologies du coude.

 

Maîtriser l’évaluation subjective

Des plus jeunes aux plus âgés, les douleurs de coude peuvent se manifester dans tous les groupes d’âge avec un éventail de symptômes. Lorsqu’il s’agit d’évaluer une douleur de coude, il est essentiel de comprendre les antécédents démographiques de l’individu et sa pratique sportive. En règle générale, ce type de douleur est observé chez les jeunes individus très actifs pratiquant des sports de lancer, ainsi que dans la population active âgée de 35 à 60 ans, souvent dans le cadre d’activités liées au travail. Toutefois, il est important de ne pas tirer de conclusions hâtives lorsqu’il s’agit de diagnostiquer une tendinopathie latérale du coude, en particulier chez les jeunes adultes, car il s’agit davantage d’une pathologie dégénérative que d’une cause primaire de douleur.

Dans les cas où le patient ressent une douleur irradiante, ce qui est rare mais pas impossible, une implication neurale doit être envisagée. Il est essentiel d’explorer les liens potentiels avec la colonne cervicale, car une douleur irradiant vers la partie postérieure de l’épaule et la partie médiale de la scapula peut indiquer des problèmes nerveux. Il est important d’être attentif aux antécédents de traumatisme ou de port de charge importante, car ces facteurs peuvent fournir des indications précieuses. Les patients souffrant d’une atteinte du nerf radial font souvent état d’une faiblesse musculaire et d’un engourdissement, bien que les sensations de picotements soient moins fréquentes.

Dans le domaine des sports comme le baseball, le volley-ball, le lancer de javelot ou encore le tennis, la présence fréquente de forces d’abduction peut soulever des inquiétudes. Ces forces peuvent entraîner des contraintes excessives chroniques en valgus, ce qui a pour risque d’endommager le ligament collatéral ulnaire lors des mouvements de lancer. Par ailleurs, la tendinopathie latérale du coude apparaît souvent chez les personnes pratiquant des activités de préhension et d’extension du poignet telles que le tennis, le squash, la plomberie et la menuiserie. Le pic d’incidence de ces problèmes se situe entre 40 et 60 ans.

En ce qui concerne la douleur aiguë, les signes sont assez simples et s’accompagnent souvent d’un épisode clair de traumatisme, comme une chute de skateboard par exemple. En revanche, les douleurs insidieuses tendent à se manifester après des périodes prolongées d’activités intenses. Il est primordial de prêter attention aux facteurs qui aggravent ou atténuent la douleur. Si une gêne apparaît lors de l’extension du coude, cela peut indiquer un mauvais alignement de l’olécrane dans la fosse en raison d’une instabilité. En outre, si la raideur devient un problème, il est essentiel d’envisager une pathologie articulaire plutôt que des problèmes liés aux tendons.

 

Maîtriser l’évaluation objective

Examen des cervicales et de l’épaule

Il est important d’évaluer les cervicales et l’épaule pour exclure une radiculopathie, une faiblesse de l’épaule ou une douleur référée avant de se pencher sur le coude. Il est prudent d’examiner systématiquement la colonne cervicale et l’épaule car s’il existe des restrictions d’amplitude et des limitations du contrôle de l’épaule, cela pourrait avoir un impact direct sur les charges agissant sur l’articulation du coude.

Pour un dépistage rapide, on peut demander au patient d’effectuer une rotation cervicale et une flexion latérale cervicale et regarder ses symptômes au niveau du cou, de la scapula et de l’épaule. Examinez les amplitudes globales de l’épaule en amenant les deux bras en flexion et en abduction complète en position debout. La présence de symptômes lors de l’abduction de l’épaule à 90° et de la rotation latérale et médiale de l’épaule en supination et en pronation, et lors du même processus avec les bras sur les côtés, peut indiquer non seulement un problème articulaire ou musculaire, mais également une sensibilité mécanique d’un tissu neural.

Découvrez comment cela se met en pratique dans la vidéo ci-dessous tirée du cours pratique de Leanne.

Cliquez sur paramètres > sous-titres > Français pour regarder avec des sous-titres en français.

 

Observation

L’observation de l’angle huméro-ulnaire est importante pour déterminer s’il existe des différences notables entre cet angle au repos d’un côté et de l’autre, en particulier chez les athlètes pratiquant des sports unilatéraux tels que le cricket, le bowling et le tennis. Ces variations subtiles peuvent être révélatrices de changements structurels sous-jacents.

Palpation

Bien maîtriser ses techniques de palpation peut nous aider dans le diagnostic différentiel des douleurs de coude, en identifiant la localisation et la cause probable de la douleur. Il est primordial de localiser précisément la douleur, au regard des nombreuses structures somatiques qui entourent l’articulation. La palpation de la zone, en particulier du tendon commun des extenseurs, permet d’affiner le diagnostic provisoire. N’oubliez pas d’explorer d’autres possibilités en examinant l’interligne huméro-radial, en vérifiant la stabilité du ligament collatéral radial et de la tête radiale, car le ligament annulaire joue un rôle important dans le maintien de l’intégrité de l’articulation.

Dans son cours pratique, Leanne souligne l’importance de tester les deux côtés, de rechercher la présence d’un gonflement dans la bourse olécranienne et de considérer le nerf ulnaire comme une cause possible de la douleur de coude médiale.

Amplitude de mouvement

Évaluer l’amplitude de mouvement passive de l’articulation du coude en décubitus dorsal permet d’examiner les structures articulaires et de rechercher la présence de composantes articulaires aux problématiques du patient. Mais pas seulement : la pronation et la supination de l’avant-bras nous donnent des informations précieuses sur une éventuelle atteinte radio-ulnaire et huméro-radiale, en nous alertant en cas de modifications de symptômes. D’un œil averti, prenez le temps d’apprécier l’extrémité osseuse et soyez attentif aux applications de force en valgus et en varus, et aux sons de craquements ou claquements, qui pourraient être le signe de changements articulaires.

Découvrez cela en pratique dans la vidéo ci-dessous tirée du cours pratique de Leanne.

Cliquez sur paramètres > sous-titres > Français pour regarder avec des sous-titres en français.

 

Tests de stress ligamentaire

La connaissance de l’anatomie est essentielle pour évaluer l’intégrité des ligaments. La palpation des ligaments doit être précise pour évaluer leur intégrité, en appliquant une force en varus à différents degrés de flexion de coude et en observant la force en valgus sur toute l’amplitude.

Tests spécifiques et tests neurodynamiques

Lors de l’évaluation d’un patient souffrant de douleurs latérales du coude, certains indicateurs peuvent aider à identifier le problème. Cela peut notamment être la présence d’une sensibilité à la pression sur l’épicondyle latéral, ainsi qu’une gêne lors de tests musculaires résistés, tels que l’extension du poignet et l’extension du majeur. Pour mieux évaluer la lésion, il est essentiel d’évaluer la force de préhension sans douleur du patient à l’aide d’un dynamomètre et de la comparer à celle du côté non atteint.

En outre, des tests neurodynamiques portant sur les nerfs radial, médian et ulnaire peuvent fournir des informations précieuses. Une démonstration détaillée du test neurodynamique du nerf radial est présentée dans la vidéo ci-dessous, tirée du cours pratique de Leanne.

Cliquez sur paramètres > sous-titres > Français pour regarder avec des sous-titres en français.

 

Dans les sports de contact, ou lors d’une chute avec la main tendue et l’épaule en abduction, une compression axiale de l’avant-bras en supination suivie d’une flexion forcée du coude peut entraîner une luxation postérieure. Cette luxation peut provoquer une instabilité récurrente du coude lorsque les ligaments ne sont pas suffisamment résistants. Il faut être attentif à des signes de claquements douloureux récurrents, accompagnés de sensations de blocage, en particulier lorsque l’avant-bras est en supination. Pour évaluer cette lésion, il est possible de réaliser le relocation test, en utilisant le poids du corps du patient pour créer une charge axiale et en appliquant un couple de force en valgus au niveau du coude, ce qui entraîne une subluxation postéro-latérale de l’articulation. Pour confirmer les résultats, le test peut être reproduit en plaçant le pouce de l’examinateur sur la tête radiale, ce qui soulage les symptômes en empêchant la luxation de celle-ci.

 

Conclusion

Lorsqu’il s’agit de douleurs de coude, la précision de l’évaluation est cruciale. Pour démêler les subtilités de ces douleurs, Leanne insiste sur l’importance d’un interrogatoire méticuleux et d’une anamnèse complète. Son cours pratique explore le domaine de l’anatomie, garantissant un examen approfondi qui tient compte des diagnostics différentiels et des tissus neuronaux sensibles à la mécanique en cas de douleur référée. Bien que le coude soit le point central, Leanne invite les praticiens à élargir leur champ d’action et à prendre en compte les liens qu’il peut y avoir entre les cervicales, l’épaule, le poignet et le coude pour une évaluation véritablement complète. En exploitant ces connaissances, les praticiens peuvent s’assurer que leurs patients reçoivent des soins sur mesure de la plus haute qualité pour leur pathologie spécifique.

Pour découvrir le merveilleux cours pratique de Leanne sur l’évaluation du coude, cliquez juste ICI.

👩‍⚕️ Vous souhaitez une manière plus facile de développer vos compétences en évaluation et traitement ?

🙌 Nos séances vidéo pratiques sont la solution parfaite !

🎥 Elles vous permettent de voir exactement comment les meilleurs experts évaluent et traitent des conditions spécifiques.

💪 Ainsi, vous pouvez devenir un meilleur clinicien, plus rapidement.

preview image

N'hésitez pas à partager ce blog !

Un petit commentaire ?

Si vous avez une question, une suggestion ou un lien vers une recherche similaire, partagez-la ci-dessous !

Vous devez être connecté pour ajouter ou 'aimer' un commentaire.

Vous voulez savoir quand nous publions des nouveaux blogs ?

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant!

En collaboration avec l'Agence EBP
Agence EBP Logo